Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
pascal-sombardier.com

pascal-sombardier.com

Topos et photos sur la montagne hors des sentiers battus, par l'auteur des Randonnées du vertige

L'incroyable chemin de Costebelle

Au-dessus de Barcelonnette, un grand cirque ferme au nord l'horizon. Les sommets qui l'entourent frôlent les 3000 m, mais ce qui attire l'attention est le tracé d'un sentier bien matérialisé sur les cartes, et qui traverse les à-pics situés dessous. Je l'avais bien repéré, mais n'avais jamais pris la peine d'aller le voir. C'est Maurits Paardekooper qui m'a remis la chose en mémoire en soulignant son caractère exceptionnel. Il a fait une de ces vidéos dont il a le secret et que je vous invite à visionner ici. Je dois dire que j'ai été surpris. C'est du niveau du sentier de la Baronne en Trièves, assez long et très souvent surprenant. De même qu'en Trièves, on peut penser qu'il était destiné à la transhumance des troupeaux de brebis vers les grands alpages situés sous la pointe Fine. Une cabane de berger reconvertie corrobore cette thèse. La vie à cette altitude et dans la solitude me laissera toujours rêveur...

 En 2018, Maurits avait été confronté à un problème de retour, les chemins qui permettaient de revenir à Chanenc ayant été recouverts par d'énormes effondrements (des pans entiers de la montagne). En 2019, rien n'a apparemment changé, et malgré cela, la mairie a laissé un balisage et des panneaux qui laissent penser que c'est possible, ce qui me paraît à la limite de l'irresponsabilité. C'est pourquoi je décris la boucle au départ des Sanières, le fait de monter en voiture à Chanenc étant désormais superflu. Du coup, il faut prévoir une grande journée.

L'audace invraisemblable dont fait preuve ce chemin tracé dans des ravins dantesques contraste étrangement avec les sentiers d'accès et de retour en forêt, lesquels font preuve au contraire d'une régularité, voire d'une monotonie, rarement vues ailleurs. Bref, une rando hors normes qui vous laissera forcément des souvenirs. À faire absolument ! (et merci encore à Maurits).

Topo détaillé et tracés sur carte par simple clic sur le doc PDF  ci-dessous

Après une première partie rude du sentier, on arrive au replat vers 1950 m. Le sentier devient ensuite un modèle de régularité et de douceur dans la forêt.

Après une première partie rude du sentier, on arrive au replat vers 1950 m. Le sentier devient ensuite un modèle de régularité et de douceur dans la forêt.

Le petit refuge de Costebelle. Du col juste au-dessus (2375 m), on peut faire un aller-retour facile à la pointe Fine de Costebelle (2587 m) en 1 h 30.

Le petit refuge de Costebelle. Du col juste au-dessus (2375 m), on peut faire un aller-retour facile à la pointe Fine de Costebelle (2587 m) en 1 h 30.

Après le refuge et le col 2375 m, le sentier, toujours bien tracé, devient encore plus aérien et traverse des à-pics de plus en plus raides.

Après le refuge et le col 2375 m, le sentier, toujours bien tracé, devient encore plus aérien et traverse des à-pics de plus en plus raides.

Il arrive devant une falaise d'apparence surplombante et infranchissable, dont il traverse relativement aisément la partie supérieure par un trottoir naturel en plein vide.

Il arrive devant une falaise d'apparence surplombante et infranchissable, dont il traverse relativement aisément la partie supérieure par un trottoir naturel en plein vide.

La partie la plus spectaculaire utilise une vire rocheuse naturelle en haut de cette falaise où le vide est bien présent.

La partie la plus spectaculaire utilise une vire rocheuse naturelle en haut de cette falaise où le vide est bien présent.

On se croirait sur un de ces sentiers militaires italiens qui fleurissent le long de la frontière toute proche.

On se croirait sur un de ces sentiers militaires italiens qui fleurissent le long de la frontière toute proche.

Après ce passage, on en trouve encore plusieurs, tout aussi aériens et parfois plus délicats. Un vrai festival !

Après ce passage, on en trouve encore plusieurs, tout aussi aériens et parfois plus délicats. Un vrai festival !

Le plus exposé consiste en une descente en haut d'un immense ravin très raide. Le passage, assez impressionnant, est heureusement équipé de câbles.

Le plus exposé consiste en une descente en haut d'un immense ravin très raide. Le passage, assez impressionnant, est heureusement équipé de câbles.

Le virage au sud permet de contempler le versant que l'on vient de traverser, ce qu'on a du mal à croire...

Le virage au sud permet de contempler le versant que l'on vient de traverser, ce qu'on a du mal à croire...

Dernier ravin avant les prairies et le gîte de Belmont, le seul où le sentier disparaît sur quelques mètres.

Dernier ravin avant les prairies et le gîte de Belmont, le seul où le sentier disparaît sur quelques mètres.

Le gîte de Belmont est en fait une maison forestière située vers 2160 m et fermée à double tour.

Le gîte de Belmont est en fait une maison forestière située vers 2160 m et fermée à double tour.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Niko 26/06/2019 15:37

Intéressant!
Ca me rappelle ce "chemin" vers le Perron des Encombres en Lauzière (https://photos.app.goo.gl/tDaW5mPCKfs9U9xe7), tu devrais aller y faire un tour ;-)

Pascal Sombardier 26/06/2019 16:43

Oui, enfin là, ce n'est pas trop scabreux. C'est un vrai chemin.

François LANNES 10/06/2019 21:48

Très beau parcours dans cette traversée de pentes et ravins !
Et puis la vidéo de Maurits est vraiment superbe. D'autant que visiblement il l'a réalisée lui-même, tout seul...! Les vues avec le drone sont magnifiques.
Chapeau bas !

Laurent Jacquet 10/06/2019 07:25

Et une" Sombarderie " de plus ! Merci Pascal pour ton insatiable curiosité et pour tous ces partages .