Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
pascal-sombardier.com

pascal-sombardier.com

Topos et photos sur la montagne hors des sentiers battus, par l'auteur des Randonnées du vertige

Tête de Vachères : face nord-ouest

Un des versants les plus impressionnants et sauvages du Dévoluy, à ne pas mettre entre toutes les mains, mais on peut toujours rêver... 

Parmi mes incursions dans les replis tourmentés du Dévoluy, il en est que je n'ai pas osé publier dans mes ouvrages (1) tant elles me paraissaient engagées. J'aurais pu, car finalement, ceux qui s'aventurent dans ce genre de terrain sont peu nombreux et savent ce qu'ils font. Alors, autant partager des idées et des infos entre initiés. Ceux à qui l'envie manquerait se projetteront simplement par la pensée dans ces ambiances un peu particulières que je tente de restituer par mes images (voir infos dans les légendes).

C'est en regardant celles de la face nord-ouest de la Tête de Vachères, dont je n'ai publié qu'un aperçu sur Bivouak.net en 2007, que j'ai ressenti une terrible nostalgie pour une époque où nous allions partout, où la moindre sortie était une découverte chargée d'émotions, de peurs et de surprises devant cette nature tellement étrange et torturée par une longue érosion. À cause de ce genre de course, le Dévoluy fait partie de mes souvenirs de montagne les plus marquants et les plus enthousiasmants, d'autant plus que l'on évolue ici dans un pays magnifiquement préservé.

1 - Principalement celui-ci, consacré uniquement au massif, mais aussi "Vertiges d'en haut" et "Alpes, randonnée insolites et spectaculaires", où le Dévoluy a la part belle. À noter tout de même dans le dernier cité, quelques itinéraires aussi engagés, surtout la face sud-est du pic de Bure. Et sur le blog, je parle parfois de nos errances dévoluardes, comme ici au Petit Obiou.

À voir aussi pour une découverte approfondie des petits secrets du massif : http://www.pascal-sombardier.com/2018/01/les-arches-du-devoluy.html

La Jarjatte et quelques-uns des sommets du célèbre cirque : le Roc et la Tête de Garnesier à droite, le petit Haut-Bouffet au centre et la Tête de Vachères à gauche.

La Jarjatte et quelques-uns des sommets du célèbre cirque : le Roc et la Tête de Garnesier à droite, le petit Haut-Bouffet au centre et la Tête de Vachères à gauche.

Du haut du téléski de la Jarjatte, on se dirige vers Vachères face au Grand Ferrand.

Du haut du téléski de la Jarjatte, on se dirige vers Vachères face au Grand Ferrand.

À droite du Ferrand, le Rocher Rond (2453 m) présente deux particularités : c'est le plus haut sommet de la Drôme et le point culminant du Parc régional du Vercors depuis que le cirque de la Jarjatte lui a été rattaché.

À droite du Ferrand, le Rocher Rond (2453 m) présente deux particularités : c'est le plus haut sommet de la Drôme et le point culminant du Parc régional du Vercors depuis que le cirque de la Jarjatte lui a été rattaché.

Voici l'itinéraire parcouru en 2007. Nous y avons trouvé des douilles de gros calibre, ce qui prouve que nous n'étions pas les premiers. Les chasseurs du Dévoluy vont partout... Le passage clé se trouve dans la traversée de gauche à droite au début en rocher pourri, mais on m'a dit depuis qu'il y avait un meilleur passage plus à droite.

Voici l'itinéraire parcouru en 2007. Nous y avons trouvé des douilles de gros calibre, ce qui prouve que nous n'étions pas les premiers. Les chasseurs du Dévoluy vont partout... Le passage clé se trouve dans la traversée de gauche à droite au début en rocher pourri, mais on m'a dit depuis qu'il y avait un meilleur passage plus à droite.

Et ce tracé quasi copié/collé pris en hiver, quand les difficultés sont gommées par la neige. De nombreuses pentes raides du Dévoluy constituent ainsi de belles petites courses hivernales. La première ascension connue de celle-ci par Jean-Marc Jacquet date de 2002, et elle fut skiée par le regretté Nicolas Wirsching et deux amis en 2009, d'où le nom de "voie NIW" (voir Skitour.fr).

Et ce tracé quasi copié/collé pris en hiver, quand les difficultés sont gommées par la neige. De nombreuses pentes raides du Dévoluy constituent ainsi de belles petites courses hivernales. La première ascension connue de celle-ci par Jean-Marc Jacquet date de 2002, et elle fut skiée par le regretté Nicolas Wirsching et deux amis en 2009, d'où le nom de "voie NIW" (voir Skitour.fr).

Après la traversée, on évolue dans des gradins très raides mi-herbeux mi-rocheux. Un piolet n'est pas superflu.

Après la traversée, on évolue dans des gradins très raides mi-herbeux mi-rocheux. Un piolet n'est pas superflu.

Plus on monte, plus la pente s'adoucit.

Plus on monte, plus la pente s'adoucit.

Une façon de dominer vertigineusement le riant vallon de la Jarjatte et l'alpage de Vachères. Vu l'exposition ouest, mieux vaut ne pas partir trop tôt.

Une façon de dominer vertigineusement le riant vallon de la Jarjatte et l'alpage de Vachères. Vu l'exposition ouest, mieux vaut ne pas partir trop tôt.

Des traversées vers la droite permettent d'éviter les ressauts sommitaux.

Des traversées vers la droite permettent d'éviter les ressauts sommitaux.

Escaliers dévoluards typiques.

Escaliers dévoluards typiques.

Même raides, ces strates nous aident bien...

Même raides, ces strates nous aident bien...

Arrivée au sommet de la Tête de Vachères (2402 m). À gauche, le Grand Ferrand et, à droite, la crête de la Rama par laquelle on va amorcer le retour.

Arrivée au sommet de la Tête de Vachères (2402 m). À gauche, le Grand Ferrand et, à droite, la crête de la Rama par laquelle on va amorcer le retour.

Sous la crête, une petite fenêtre traversable.

Sous la crête, une petite fenêtre traversable.

Non, ce n'est pas par là ! En fait, en continuant à traverser en contrebas, ça passe très bien.

Non, ce n'est pas par là ! En fait, en continuant à traverser en contrebas, ça passe très bien.

Le vallon des Aiguilles dominé par le col homonyme et la Tête de Vachères à gauche. On voit bien la crête de la Rama qui s'étend à sa droite, et qu'il faut suivre jusqu'au col au centre avant de dévaler l'éboulis. On retourne ensuite facilement à la Jarjatte par le col des Aiguilles. À noter que ce versant est de la Tête de Vachères, nettement moins grand et raide que la face nord-ouest, se fait aussi par les couloirs sous le sommet (à voir sur Altituderando.com).

Le vallon des Aiguilles dominé par le col homonyme et la Tête de Vachères à gauche. On voit bien la crête de la Rama qui s'étend à sa droite, et qu'il faut suivre jusqu'au col au centre avant de dévaler l'éboulis. On retourne ensuite facilement à la Jarjatte par le col des Aiguilles. À noter que ce versant est de la Tête de Vachères, nettement moins grand et raide que la face nord-ouest, se fait aussi par les couloirs sous le sommet (à voir sur Altituderando.com).

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Laurent Jacquet 28/01/2020 19:25

Très belle rando que j'ai faite en 2018 après de longes hésitations et seulement les quelques brides d'info dont tu parles , glanées sur biv . Personnellement , lorsque je suis arrivé au bout de la traversée gauche droite du bas j'ai tout d'abord pensé que c'était beaucoup trop engagé pour moi , et j'ai envisagé la retraite . Le salut et venu par une désescalade sur la droite qui m'a permis de rejoindre le fond d'un couloir , qui une fois remonté , m'a permis d'éviter cette traversée pourrie . Après ce n'est que du bonheur bivouak.net/topos/sortie-16387-tete-de-vacheres-depuis-la-jarjatte-du-col-des-aiguilles-au-col-des-glandus-sport-2.html#Sortie_16387