Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
pascal-sombardier.com

pascal-sombardier.com

Topos et photos sur la montagne hors des sentiers battus, par l'auteur des Randonnées du vertige

Géruen : les passages secrets

La découverte de ces passages secrets lors de la réalisation de "Alpes, randonnées insolites" m'apporta quelques-unes de mes plus grandes satisfactions. J'avais déjà parcouru les chemins classiques de la montagne de Géruen (prononcer Jéruin), dont les fameuses crêtes, appréciant particulièrement cette nature sauvage et vierge parsemée des vestiges d'une activité rurale bien révolue. La falaise sud, longue de 5 km et haute de plus de 200 m par endroit, est un fleuron du Géoparc UNESCO des Préalpes de Digne, et sa structure tourmentée me fit penser qu'elle pouvait abriter d'autres pépites. Des rencontres avec les chasseurs locaux de mouflons et de chamois confirmèrent cette intuition. En parcourant quelques vires qu'ils nous avaient indiquées, Jean-Marc Jacquet et moi sommes naturellement tombés sur les deux passages présentés ici. Relativement évidents (du moins après coup, surtout que je les ai balisés, discrètement certes), ils permettent une boucle ludique et agréable et restent étonnamment faciles, se faufilant astucieusement en pleine falaise. 

La complexité du terrain et l'oubli dans lequel ils étaient tombés nous demandèrent plusieurs prospections. Je vois que depuis, le topo a été repris sur plusieurs sites (Bivouak, AltitudeRando, C2C...), ce dont je me réjouis. Mais leurs auteurs donne le départ au col de Font-Belle. J'avais préconisé un point de départ à Auribeau justement pour éviter des kilomètres d'approche et de retour sur une piste fastidieuse. En principe, je ne publie pas un topo sans avoir cherché et essayé la plupart des possibilités raisonnablement envisageables. Ceci dit, tout est prétexte à découvrir, surtout dans cette région miraculée. 

Topo détaillé et carte par simple clic sur le doc PDF.GERUEN-PASSAGES SECRETS ci-dessous :

La crête de Géruen vue du sentier pédagogique près du col de Font-Belle. Un des panneaux montre que ces vastes étendues boisées étaient, avant le milieu du dix-neuvième siècle, des alpages actifs et dégagés.

La crête de Géruen vue du sentier pédagogique près du col de Font-Belle. Un des panneaux montre que ces vastes étendues boisées étaient, avant le milieu du dix-neuvième siècle, des alpages actifs et dégagés.

La partie est vue de la piste forestière et le passage secret décrit à la montée.

La partie est vue de la piste forestière et le passage secret décrit à la montée.

En pointillés jaune/rouge à droite, le passage secret de la montée (est). En pointillés jaune/rouge à gauche, le passage secret de la descente (ouest). En rose, la grande vire (voir détails en fin de page).

En pointillés jaune/rouge à droite, le passage secret de la montée (est). En pointillés jaune/rouge à gauche, le passage secret de la descente (ouest). En rose, la grande vire (voir détails en fin de page).

Les ruines de la cabane du Bleu, un des rares vestiges de l'activité passée sur ce versant.

Les ruines de la cabane du Bleu, un des rares vestiges de l'activité passée sur ce versant.

L'approche sous la facette sud et les différents étages de vires que l'on va utiliser, la première s'atteignant à gauche du pilier central.

L'approche sous la facette sud et les différents étages de vires que l'on va utiliser, la première s'atteignant à gauche du pilier central.

Les gradins faciles permettant de passer de la première à la seconde vire. Au fond, par-dessus Digne, le Cheval Blanc et la montagne de Coupe.

Les gradins faciles permettant de passer de la première à la seconde vire. Au fond, par-dessus Digne, le Cheval Blanc et la montagne de Coupe.

Petite vire surprenante permettant de continuer à traverser en pleine falaise.

Petite vire surprenante permettant de continuer à traverser en pleine falaise.

Étroit, mais relativement commode...

Étroit, mais relativement commode...

Dans l'autre sens.

Dans l'autre sens.

Et on monte encore d'un étage...

Et on monte encore d'un étage...

...pour trouver un véritable trottoir.

...pour trouver un véritable trottoir.

Un vrai bonheur, toutes ces vires parfaitement plates !

Un vrai bonheur, toutes ces vires parfaitement plates !

Au bout des vires, va-t-on sortir ?

Au bout des vires, va-t-on sortir ?

On arrive sans encombre sur le rebord du grand entonnoir final.

On arrive sans encombre sur le rebord du grand entonnoir final.

Montée facile dans le grand entonnoir.

Montée facile dans le grand entonnoir.

En fait, ces gradins ne sont que de tranquilles marches d'escalier.

En fait, ces gradins ne sont que de tranquilles marches d'escalier.

Et l'on parvient sans trop de mal en haut de l'entonnoir sur la crête de Géruen, 800 m à l'est du sommet.

Et l'on parvient sans trop de mal en haut de l'entonnoir sur la crête de Géruen, 800 m à l'est du sommet.

La face sud-ouest et, en rouge, l'autre passage secret que l'on va utiliser pour la descente décrite ici. La facette sud, par laquelle on est monté, est cachée à droite. Le tracé rose à gauche correspond à une option plus délicate décrite à la fin de cette page.

La face sud-ouest et, en rouge, l'autre passage secret que l'on va utiliser pour la descente décrite ici. La facette sud, par laquelle on est monté, est cachée à droite. Le tracé rose à gauche correspond à une option plus délicate décrite à la fin de cette page.

Cette photo est prise sur le parcours classique des crêtes de Géruen plus à l'est, mais elle a le mérite de montrer le passage de descente (dans l'ombre à gauche du pilier sommital) et le ravin marneux que l'on va longer plus bas.

Cette photo est prise sur le parcours classique des crêtes de Géruen plus à l'est, mais elle a le mérite de montrer le passage de descente (dans l'ombre à gauche du pilier sommital) et le ravin marneux que l'on va longer plus bas.

Vu de la piste forestière, le passage secret de la descente souligné par un reste de neige.

Vu de la piste forestière, le passage secret de la descente souligné par un reste de neige.

Début de la descente. En février 2016, il avait peu neigé, mais suffisamment pour saupoudrer les crêtes.

Début de la descente. En février 2016, il avait peu neigé, mais suffisamment pour saupoudrer les crêtes.

L'un des spectaculaires promontoires de la descente, face à la grande vire.

L'un des spectaculaires promontoires de la descente, face à la grande vire.

Contre toute attente, le passage reste assez facile et bien tracé par chamois et mouflons.

Contre toute attente, le passage reste assez facile et bien tracé par chamois et mouflons.

Plus bas, il faut négocier quelques gradins marneux bon-enfant.

Plus bas, il faut négocier quelques gradins marneux bon-enfant.

Ce grand ravin gris constitue un bon repère depuis le haut. Il faut en longer le bord pour trouver le petit vallon de descente jusqu'à la piste.

Ce grand ravin gris constitue un bon repère depuis le haut. Il faut en longer le bord pour trouver le petit vallon de descente jusqu'à la piste.

La grande vire

Petit extra pour ceux qui auraient envie de revenir dans cet endroit sublime, la grande vire de Géruen, qui s'étend à l'ouest du passage décrit ci-dessus pour la descente et le rejoint à son extrémité est, est réservée aux montagnards très aguerris et audacieux. Vous comprendrez sans doute pourquoi en regardant les photos ci-dessous (voir aussi tracé rose sur la carte).

Le ravin marneux de la Valette, dont le bord droit permet l'accès au mur d'accès à la grande vire.

Le ravin marneux de la Valette, dont le bord droit permet l'accès au mur d'accès à la grande vire.

Sur la grande vire.

Sur la grande vire.

Les Jacquet père et fils sur la fin de la grande vire.

Les Jacquet père et fils sur la fin de la grande vire.

Fin de la grande vire dans le passage secret ouest, que nous avons ainsi pu découvrir.

Fin de la grande vire dans le passage secret ouest, que nous avons ainsi pu découvrir.

_________________________________________________________________________

La région entre Sisteron et Digne est riche en curiosités de toute sorte et mérite de toute façon une visite pour les reliefs étonnants du Rocher de la Baume et de Saint-Michel, le canyon du Riou de Jabron à Mézien, le défilé de Pierre Écrite, le Dromon et la montagne de Jouère, la Grande Aiguille et sa grotte Saint-Vincent, etc. À propos de l'inscription gallo-romaine de la monumentale pierre écrite (photo), voir le lien ci-dessous.

La région entre Sisteron et Digne est riche en curiosités de toute sorte et mérite de toute façon une visite pour les reliefs étonnants du Rocher de la Baume et de Saint-Michel, le canyon du Riou de Jabron à Mézien, le défilé de Pierre Écrite, le Dromon et la montagne de Jouère, la Grande Aiguille et sa grotte Saint-Vincent, etc. À propos de l'inscription gallo-romaine de la monumentale pierre écrite (photo), voir le lien ci-dessous.

_________________________________________________________________________

Et pour finir, une photo de ce qu'IGN nomme pas de la Roche entre mes passages secrets et le pas de Géruen. Un passage qui existe, certes, mais d'un accès rendu pénible par les buissons épineux, et qui se termine par un couloir de pierrailles sans grand intérêt.

Et pour finir, une photo de ce qu'IGN nomme pas de la Roche entre mes passages secrets et le pas de Géruen. Un passage qui existe, certes, mais d'un accès rendu pénible par les buissons épineux, et qui se termine par un couloir de pierrailles sans grand intérêt.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article