Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
pascal-sombardier.com

Topos et photos sur la montagne hors des sentiers battus, par l'auteur des Randonnées du vertige

La Tête du Colonney

J'avais effectué cette randonnée classique avec Pierre Millon, habitant de Passy et auteur d'une multitude d'ouvrages dans la collection que j'ai dirigée pendant 30 ans chez Glénat. J'avais alors réalisé quelques images qui me paraissent intéressantes pour les lecteurs de ce blog, amateurs de reliefs étranges et de faune sauvage. La montée aux chalets de Platé représente à elle seule une belle randonnée de 800 m de dénivelé, sur un sentier se faufilant dans une falaise par un passage étriqué dont on ne découvre les subtilités qu’au dernier moment. Le Désert de Platé est connu pour ses lapiaz spectaculaires que l'itinéraire traverse parfois directement, mais ce décor minéral est atténué par de grandes étendues herbeuses où quelques brebis estivent encore. Il s’agit là d’un terrain de jeu unique en son genre dominé par le toit de l'Europe, bien sûr, mais aussi par notre objectif du jour : la Tête du Colonney (2692 m), qu’un reste métallique de télégraphe installé par les militaires en 1914 permet d’identifier facilement. Son accès est relativement simple, mais il en existe d'autres bien plus escarpés, comme l’arête de Varan plus au sud. À voir et revoir dans les livres de Pierre Millon, justement...

Topo par simple clic sur le doc COLONNEY ci-dessous :

Départ de la montée raide au-dessus de Praz Coutant.

Départ de la montée raide au-dessus de Praz Coutant.

La Tête du Colonney
Pour accéder au plateau, le sentier des Egratz se faufile dans les barres de façon astucieuse.

Pour accéder au plateau, le sentier des Egratz se faufile dans les barres de façon astucieuse.

Les vaches passaient là il y a encore quelques dizaines d’années. Une passerelle a remplacé le mur de soutènement qui leur permettait de franchir l'ultime escarpement

Les vaches passaient là il y a encore quelques dizaines d’années. Une passerelle a remplacé le mur de soutènement qui leur permettait de franchir l'ultime escarpement

La sortie sur le plateau, sous les chalets de Platé.

La sortie sur le plateau, sous les chalets de Platé.

Les chalets de Platé, à 2032 m.

Les chalets de Platé, à 2032 m.

Rencontre avec un résident des chalets de Platé. La discussion entre experts du secteur est riche en révélations.

Rencontre avec un résident des chalets de Platé. La discussion entre experts du secteur est riche en révélations.

Le refuge de Platé est déjà fermée, mais sa partie hiver est accessible.

Le refuge de Platé est déjà fermée, mais sa partie hiver est accessible.

Au-delà des chalets, on va progresser en partie sur de magnifiques lapiaz.

Au-delà des chalets, on va progresser en partie sur de magnifiques lapiaz.

Arrivée au col du Colonney, à 2321 m.

Arrivée au col du Colonney, à 2321 m.

La Tête du Colonney apparaît enfin.

La Tête du Colonney apparaît enfin.

De loin, on pourrait croire un troupeau de moutons...

De loin, on pourrait croire un troupeau de moutons...

Le balisage invite à traverser ce grand lapiaz.

Le balisage invite à traverser ce grand lapiaz.

L'occasion de profiter pleinement de ce décor lunaire.

L'occasion de profiter pleinement de ce décor lunaire.

Dans le dos, le massif du Mont-Blanc.

Dans le dos, le massif du Mont-Blanc.

Déjà, des dizaines de bouquetins nous observent.

Déjà, des dizaines de bouquetins nous observent.

Au centre, le mont Buet (3096 m) et à droite, l'aiguille Verte (4122 m).

Au centre, le mont Buet (3096 m) et à droite, l'aiguille Verte (4122 m).

Une arête effilée permet d’accéder au col de Tré-l’Épaule (2 532 m).

Une arête effilée permet d’accéder au col de Tré-l’Épaule (2 532 m).

Les bouquetins sont ici si nombreux qu'il faut les bousculer un peu pour se frayer un passage.

Les bouquetins sont ici si nombreux qu'il faut les bousculer un peu pour se frayer un passage.

En plus, ce ne sont pas des petits...

En plus, ce ne sont pas des petits...

Beau bébé !

Beau bébé !

Ici, il faut contourner le sommet par la droite en descendant d'abord dans cette cuvette.

Ici, il faut contourner le sommet par la droite en descendant d'abord dans cette cuvette.

Sur les vires qui permettent d'aller au sommet.

Sur les vires qui permettent d'aller au sommet.

Depuis les vires du Colonney, les bouquetins contemplent le massif du Mont-Blanc (l'aiguille Verte au centre).

Depuis les vires du Colonney, les bouquetins contemplent le massif du Mont-Blanc (l'aiguille Verte au centre).

Sur cette photo, les aiguilles du Chardonnet, d'Argentière et Verte sont mises en évidence.

Sur cette photo, les aiguilles du Chardonnet, d'Argentière et Verte sont mises en évidence.

Au sommet de la Tête du Colonney, vue sur le mont Blanc (à droite).

Au sommet de la Tête du Colonney, vue sur le mont Blanc (à droite).

Vue rapprochée du toit de l'Europe.

Vue rapprochée du toit de l'Europe.

Il pose un peu trop, celui-là....

Il pose un peu trop, celui-là....

Lors de la descente, le pilier de la Croix de Fer s'impose (à gauche). À sa droite, sous l'aiguille d'Aujon et le Chapeau Gaspard, se développe la belle vire sud que je préconise dans "Alpes, randos insolites et spectaculaires" pour atteindre la crête de l'Aup de Véran.

Lors de la descente, le pilier de la Croix de Fer s'impose (à gauche). À sa droite, sous l'aiguille d'Aujon et le Chapeau Gaspard, se développe la belle vire sud que je préconise dans "Alpes, randos insolites et spectaculaires" pour atteindre la crête de l'Aup de Véran.

Dernier coup d'œil vers le mont Blanc depuis les lapiaz ( on devrait dire "lapié" au pluriel) du Désert de Platé.

Dernier coup d'œil vers le mont Blanc depuis les lapiaz ( on devrait dire "lapié" au pluriel) du Désert de Platé.

Les chalets de Platé  sont joignables directement par cette petite sente qui descend de la Tête des Lindars..

Les chalets de Platé sont joignables directement par cette petite sente qui descend de la Tête des Lindars..

Dans la descente sous les Egratz, je remarque une arche multiple qui fait face au mont Blanc.

Dans la descente sous les Egratz, je remarque une arche multiple qui fait face au mont Blanc.

Ma foi, cela valait un petit détour : trois fenêtres, dont une sur le mont Blanc lui-même. La classe !

Ma foi, cela valait un petit détour : trois fenêtres, dont une sur le mont Blanc lui-même. La classe !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
merci pour cet article! bravo! et les photos sont magnifiques!
Répondre
I
Coucou, merci pour ce beau partage! Les photos sont juste magnifiques!
Répondre