Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
pascal-sombardier.com

Topos et photos sur la montagne hors des sentiers battus, par l'auteur des Randonnées du vertige

La grande vire de Véran

Une vire de 3 kilomètres de long traverse intégralement le versant sud de l'Aup de Véran dans les Fiz en Haute-Savoie. Aucun passage vraiment technique n'entrave la progression, sinon un couloir assez raide au niveau de la faille d'Aujon.

Afin de réaliser la classique traversée des arêtes, je préconisais en 2016, dans Alpes, randonnées insolites et spectaculaires, de passer par cette vire pour gagner la brèche entre l'aiguille d'Aujon et le Chapeau Gaspard, plutôt que par le couloir malsain du versant nord. Mais la tradition ayant la vie dure, les randonneurs passent toujours par le nord alors que cette petite portion de la vire sud, ensoleillée et tracée, mène à un petit couloir d'accès dont l'équipement permet de s'assurer efficacement.

En ce début juillet 2022, Laurent Jacquet et moi avons réalisé un projet qui me trottait dans la tête depuis 2016 : l'intégralité de la vire sud depuis le col de Monthieu jusqu'à la Croix de Fer selon une boucle logique. Nous avions pris la corde, mais elle est restée dans le sac. C'est surprenant pour une vire aussi longue et exposée au milieu d'une falaise particulièrement haute et raide, mais c'est une réalité qui la classe au niveau de celles du Glandasse ou d'Archiane en Vercors.

L'image d'un océan de calcaire est particulièrement adaptée à ce paysage. Des lapiaz magnifiquement sculptés donnent accès à cet univers marqué par la verticalité. Les grimpeurs fréquentent le site et utilisent partiellement la vire et des passages scabreux pour en descendre, mais son parcours intégral n'a, je crois, jamais fait l'objet d'une description logique. Reste à la faire dans l'autre sens, ce qui permettrait d'éviter la faille d'Aujon par un simple petit rappel. Affaire à suivre...

Topo détaillé par simple clic sur le doc PDF ci-dessous :

La crête de l'Aup de Véran et la grande vire de son versant sud vues depuis la Tête du Colonney.

La crête de l'Aup de Véran et la grande vire de son versant sud vues depuis la Tête du Colonney.

La grande vire est en rouge. Le tracé pointillé orange indique une variante de descente utilisée par les grimpeurs, mais assez scabreuse (cordes fixes en mauvais état). Le pointillé en haut de la faille d’Aujon figure le contournement par le sommet stratifié pour regagner la vire. Le pointillé jaune de gauche indique l’aller-retour facultatif à l’aiguille d’Aujon par un petit couloir équipé.

La grande vire est en rouge. Le tracé pointillé orange indique une variante de descente utilisée par les grimpeurs, mais assez scabreuse (cordes fixes en mauvais état). Le pointillé en haut de la faille d’Aujon figure le contournement par le sommet stratifié pour regagner la vire. Le pointillé jaune de gauche indique l’aller-retour facultatif à l’aiguille d’Aujon par un petit couloir équipé.

La grande vire de Véran
Après l'approche rapide depuis Flaine, on pénètre dans l'univers minéral du versant sud de Véran. Les bouquetins sont manifestement habitués à l'homme...

Après l'approche rapide depuis Flaine, on pénètre dans l'univers minéral du versant sud de Véran. Les bouquetins sont manifestement habitués à l'homme...

Le col de Monthieu n'est qu'à dix minutes du haut de la télécabine, mais le "chemin" est un peu spécial...

Le col de Monthieu n'est qu'à dix minutes du haut de la télécabine, mais le "chemin" est un peu spécial...

On traverse des lapiaz qui figurent parmi les plus beaux des Alpes. Ces sculptures de pierre sont toujours un émerveillement.

On traverse des lapiaz qui figurent parmi les plus beaux des Alpes. Ces sculptures de pierre sont toujours un émerveillement.

Le "chemin" essaye d'utiliser les caprices naturels du relief.

Le "chemin" essaye d'utiliser les caprices naturels du relief.

Après cet épisode lapiasique, on quitte le balisage jaune pour suivre une rampe évidente, puis quelques gradins faciles (le premier couloir visible ici) pour monter sur la vire.

Après cet épisode lapiasique, on quitte le balisage jaune pour suivre une rampe évidente, puis quelques gradins faciles (le premier couloir visible ici) pour monter sur la vire.

La vire est herbeuse tout le long, et on y trouve une trace due aux bouquetins, nombreux dans le secteur. Au fond, la Tête du Colonney.

La vire est herbeuse tout le long, et on y trouve une trace due aux bouquetins, nombreux dans le secteur. Au fond, la Tête du Colonney.

La trace est meilleure sur les parties étroites. Logique ! On ne peut pas passer ailleurs.

La trace est meilleure sur les parties étroites. Logique ! On ne peut pas passer ailleurs.

Belle ambiance sur ce passage étroit ! (photo Laurent Jacquet)

Belle ambiance sur ce passage étroit ! (photo Laurent Jacquet)

La progression est plus aisée qu'on ne l'imaginait.

La progression est plus aisée qu'on ne l'imaginait.

Ce qui nous a également étonné est la profusion de fleurs sur la vire. Laurent dit qu'il n'en avait jamais vues autant, surtout qu'on y trouve de véritables champs de fleurs rares, comme la nigritelle noire.

Ce qui nous a également étonné est la profusion de fleurs sur la vire. Laurent dit qu'il n'en avait jamais vues autant, surtout qu'on y trouve de véritables champs de fleurs rares, comme la nigritelle noire.

Le principal problème est la faille d'Aujon, qui décale les deux parties de la vire. il faut donc monter d'un étage. (photo Laurent Jacquet)

Le principal problème est la faille d'Aujon, qui décale les deux parties de la vire. il faut donc monter d'un étage. (photo Laurent Jacquet)

La pente herbeuse que l'on voit de face est en fait un cul-de-sac (la vire qui la domine aussi). Il faut donc prendre l'étroit et raide couloir avant à droite.

La pente herbeuse que l'on voit de face est en fait un cul-de-sac (la vire qui la domine aussi). Il faut donc prendre l'étroit et raide couloir avant à droite.

Laurent envisage de sortir le piolet. Il a raison.

Laurent envisage de sortir le piolet. Il a raison.

Le début du couloir est plutôt commode. (photo Laurent Jacquet)

Le début du couloir est plutôt commode. (photo Laurent Jacquet)

Mais la deuxième partie est assez raide. Glissade interdite ! (photo Laurent Jacquet)

Mais la deuxième partie est assez raide. Glissade interdite ! (photo Laurent Jacquet)

Arrivée sur la crête, en haut du couloir raide de la faille d'Aujon. Là, pour gagner la suite de la vire, il faut passer par dessus ce sommet stratifié, puis traverser en contrebas du suivant.

Arrivée sur la crête, en haut du couloir raide de la faille d'Aujon. Là, pour gagner la suite de la vire, il faut passer par dessus ce sommet stratifié, puis traverser en contrebas du suivant.

Une petite idée du paysage que l'on aperçoit depuis la crête. Au fond, le massif du Mont-Blanc avec l'aiguille Verte au centre, et les Grandes Jorasses à sa droite.

Une petite idée du paysage que l'on aperçoit depuis la crête. Au fond, le massif du Mont-Blanc avec l'aiguille Verte au centre, et les Grandes Jorasses à sa droite.

Et la vire continue de plus belle. Là, on arrive au-dessus de la partie la plus raide et la plus haute de la falaise. On voit au loin l'extrémité ouest de la vire. (photo Laurent Jacquet)

Et la vire continue de plus belle. Là, on arrive au-dessus de la partie la plus raide et la plus haute de la falaise. On voit au loin l'extrémité ouest de la vire. (photo Laurent Jacquet)

À éviter par temps humide...

À éviter par temps humide...

Et toujours cette incroyable profusion de fleurs ! (photo Laurent Jacquet)

Et toujours cette incroyable profusion de fleurs ! (photo Laurent Jacquet)

Heureusement, il y a toujours une vague trace de bouquetins. (photo Laurent Jacquet)

Heureusement, il y a toujours une vague trace de bouquetins. (photo Laurent Jacquet)

Laurent ! Ne te laisse pas distraire par l'aspect botanique du lieu ! Regarde où tu mets les pieds !

Laurent ! Ne te laisse pas distraire par l'aspect botanique du lieu ! Regarde où tu mets les pieds !

Vu de la croix de fer, Raf Rodon est sur l'extrémité ouest de la vire de la face sud. C'est cette petite partie que, dans "Alpes, randos insolites et spectaculaires", je préconise d'utiliser pour rallier la brèche entre l'aiguille d'Aujon et le Chapeau Gaspard afin de continuer sur la classique traversée des crêtes de Véran. C'est beau, ensoleillé et plus sûr que le passage malsain du versant nord.

Vu de la croix de fer, Raf Rodon est sur l'extrémité ouest de la vire de la face sud. C'est cette petite partie que, dans "Alpes, randos insolites et spectaculaires", je préconise d'utiliser pour rallier la brèche entre l'aiguille d'Aujon et le Chapeau Gaspard afin de continuer sur la classique traversée des crêtes de Véran. C'est beau, ensoleillé et plus sûr que le passage malsain du versant nord.

Cette partie ouest de la vire reste la plus belle. Au fond, les Aravis et la pointe Percée.

Cette partie ouest de la vire reste la plus belle. Au fond, les Aravis et la pointe Percée.

Le dernier petit passage avant le replat de la croix de fer.

Le dernier petit passage avant le replat de la croix de fer.

Le sympathique replat de la Croix de Fer devant l'aiguille d'Aujon, inaccessible par ce versant.

Le sympathique replat de la Croix de Fer devant l'aiguille d'Aujon, inaccessible par ce versant.

La croix, dressée là depuis 1882, porte l'inscription " Seigneur, préservez-nous de tous malheurs"

La croix, dressée là depuis 1882, porte l'inscription " Seigneur, préservez-nous de tous malheurs"

La descente sur le belvédère d'Aujon se fait dans les gradins raides que l'on voit ici derrière Raf, la croix de fer se trouvant sur le replat ensoleillé à droite de l'aiguille d'Aujon.

La descente sur le belvédère d'Aujon se fait dans les gradins raides que l'on voit ici derrière Raf, la croix de fer se trouvant sur le replat ensoleillé à droite de l'aiguille d'Aujon.

La descente sur le belvédère d'Aujon est l'occasion de profiter de la verticalité des falaises sous-jacentes.

La descente sur le belvédère d'Aujon est l'occasion de profiter de la verticalité des falaises sous-jacentes.

Et toujours de beaux lapiaz, chefs-d'œuvre de la nature.

Et toujours de beaux lapiaz, chefs-d'œuvre de la nature.

Pour traverser celui-ci, ne perdez pas les traces rouges.

Pour traverser celui-ci, ne perdez pas les traces rouges.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Merci pour votre partage
Répondre
P
Belle photos
Répondre
V
Les affleurements rocheux avec des pelouses vertes sont incroyables.
Répondre