Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
pascal-sombardier.com

pascal-sombardier.com

Topos et photos sur la montagne hors des sentiers battus, par l'auteur des Randonnées du vertige

Charminelle : les Passières

C'est l'une des randos les plus intimes du massif. On y sent le souffle des bûcherons et des chasseurs de jadis qui devaient impérativement relier leurs villages aux lieux de vie qu'étaient les forêts, les alpages, les sources... Rien ne pouvait donc les arrêter dans ce besoin fondamental, quitte à surmonter des barres rocheuses à l'aide d'artifices, comme ces échelles posées il y a plus d'un siècle pour gagner le vaste plateau de Charminelle depuis les sombres gorges de la Roize. Elles étaient un peu tombées dans l'oubli, sauf dans l'esprit des anciens, qui m'en parlèrent il y a une trentaine d'années comme des "passières". Le chemin était alors en mauvais état, ainsi que les traversées entre les échelles, lesquelles étaient déjà tordues et mal fixées, mais finalement toujours praticables. Depuis, après diverses publications  (Montagnes Mag, Chartreuse inédite), elles sont redevenues fréquentées et le chemin amélioré. Avec le retour par celui des Gourhauts, lui-même entièrement réhabilité, c'est l'un des parcours les plus typiques de la Chartreuse profonde. L'un des plus impressionnants aussi, car on est dominé tout le long par les abîmes tourmentés du Saut de la Roize, peuplé de mouflons et de chamois. Pour couronner le tout, on arrive au couvent de Chalais, une ancienne chartreuse. La crête de l'Embournay que je décris ici, encore très peu connue, est la petite cerise sur le gâteau.

Un petit conseil : ne partez pas avant midi pour ne pas être à l'ombre dans ce milieu déjà encaissé et austère.

Ce 16 juin, nous apprenons qu'un trailer disparu depuis 2 jours a été retrouvé mort dans les échelles, probablement à la suite d'une glissade. Ce n'est pas la première fois. Les fortes pluies de ces derniers jours ont rendu le terrain glissant, et il est fortement conseillé d'attendre une période sèche pour se lancer dans ce genre d'itinéraire.

Topo et carte visible par simple clic sur le doc PDF ci-dessous : 

Depuis la vire de l'aiguille de Chalais, la Grande Roche de Charminelle (au centre) est dominée par les Rochers de Lorzier (à droite). On devine la gorge de la Roize au centre, mais elle est cachée par la crête de l'Embournay. La partie de la Grande Roche que l'on voit ici est celle traversée par la vire de la Savine, bien dessinée sous les surplombs jaunes. Les échelles sont plus à droite, au fond de la gorge.

Depuis la vire de l'aiguille de Chalais, la Grande Roche de Charminelle (au centre) est dominée par les Rochers de Lorzier (à droite). On devine la gorge de la Roize au centre, mais elle est cachée par la crête de l'Embournay. La partie de la Grande Roche que l'on voit ici est celle traversée par la vire de la Savine, bien dessinée sous les surplombs jaunes. Les échelles sont plus à droite, au fond de la gorge.

La randonnée commence par une longue et paisible ascension dans une somptueuse forêt.

La randonnée commence par une longue et paisible ascension dans une somptueuse forêt.

La sente devient un peu plus acrobatique lorsqu'elle domine les profondes gorges de la Roize.

La sente devient un peu plus acrobatique lorsqu'elle domine les profondes gorges de la Roize.

On progresse dans un environnement digne d'un film fantastique, face au Saut de la Roize, l'un des abîmes les plus vastes et les plus tourmentés de Chartreuse.

On progresse dans un environnement digne d'un film fantastique, face au Saut de la Roize, l'un des abîmes les plus vastes et les plus tourmentés de Chartreuse.

Délivrance : cette terrasse ensoleillée perchée juste avant la première échelle, et que j'ai appelée la Salle-à-manger. On voit à gauche la vire de la Savine et son énorme genévrier thurifère qui pend entre deux barres rocheuses (sous les surplombs jaunes).

Délivrance : cette terrasse ensoleillée perchée juste avant la première échelle, et que j'ai appelée la Salle-à-manger. On voit à gauche la vire de la Savine et son énorme genévrier thurifère qui pend entre deux barres rocheuses (sous les surplombs jaunes).

L'endroit est magique et impressionnant. On est dominé par la Grande Roche et les Rochers de Lorzier.

L'endroit est magique et impressionnant. On est dominé par la Grande Roche et les Rochers de Lorzier.

La première échelle, complètement tordue (le gel ?) et mal fixée, mais débonnaire malgré tout.

La première échelle, complètement tordue (le gel ?) et mal fixée, mais débonnaire malgré tout.

Quelqu'un a récemment mis une corde fixe dans ce dévers après la première échelle. Pas inutile en cas de temps humide.

Quelqu'un a récemment mis une corde fixe dans ce dévers après la première échelle. Pas inutile en cas de temps humide.

Quelques gradins faciles font suite.

Quelques gradins faciles font suite.

Les trois échelles suivantes permettent d'entamer une longue traversée horizontale sur une large vire boisée.

Les trois échelles suivantes permettent d'entamer une longue traversée horizontale sur une large vire boisée.

Et toujours la Savine en toile de fond.

Et toujours la Savine en toile de fond.

Après la traversée, un zigzag dans des rochers-escaliers donne accès à la dernière échelle.

Après la traversée, un zigzag dans des rochers-escaliers donne accès à la dernière échelle.

Après cette dernière échelle, on débouche sur le plateau de Charminelle.

Après cette dernière échelle, on débouche sur le plateau de Charminelle.

Le sentier des Gourhauts n'est plus très loin.

Le sentier des Gourhauts n'est plus très loin.

La cascade du ruisseau de Charminelle.

La cascade du ruisseau de Charminelle.

Corniche audacieuse sur le sentier des Gourhauts après la traversée de la Roize, annoncée délicate sur un panneau, mais en fait tranquille et câblée.

Corniche audacieuse sur le sentier des Gourhauts après la traversée de la Roize, annoncée délicate sur un panneau, mais en fait tranquille et câblée.

La cabane forestière de la Roize marque le début de la descente sur le couvent de Chalais.

La cabane forestière de la Roize marque le début de la descente sur le couvent de Chalais.

Sur la crête de l'Embournay, un parcours lumineux et panoramique. À découvrir absolument.

Sur la crête de l'Embournay, un parcours lumineux et panoramique. À découvrir absolument.

Les espaces dégagés de la crête de l'Embournay, peu avant Chalais.

Les espaces dégagés de la crête de l'Embournay, peu avant Chalais.

Le cadre paradisiaque du couvent de Chalais, une ancienne chartreuse aujourd'hui occupée par des dominicaines. Voir aussi sur ce blog le parcours de la vire de l'Aiguille de Chalais en cliquant sur le lien ci-dessous.

Le cadre paradisiaque du couvent de Chalais, une ancienne chartreuse aujourd'hui occupée par des dominicaines. Voir aussi sur ce blog le parcours de la vire de l'Aiguille de Chalais en cliquant sur le lien ci-dessous.

À noter que l'on peut rallonger ce parcours en partant de plus bas dans les gorges de la Roize. C'est logique, cohérent et forcément plus long, mais il y en a qui en veulent... À voir ici : 

Et cette petite chose, que l'on aperçoit depuis les endroits évoqués :

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article