Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
pascal-sombardier.com

pascal-sombardier.com

Topos et photos sur la montagne hors des sentiers battus, par l'auteur des Randonnées du vertige

Les gorges de la Roize

Le confinement a eu des effets imprévus, notamment retrouver près de chez soi des itinéraires qu'on avait délaissés, les réhabiliter, ou leur adjoindre des prolongements, des variantes... Ce fut mon cas, et j'avoue que je suis toujours surpris par tout ce que l'on peut trouver comme traces de vie dans nos forêts, nos vallons, nos montagnes...  À Voreppe et alentour, le COREPHA (Comité pour la Recherche et la Promotion de l'Histoire et de l'Art) a retracé et réhabilité un grand nombre de chemins, et de nombreux randonneurs circulent aujourd'hui sur les plus classiques. Le travail fourni est impressionnant, et je remercie tous les membres de cette association. J'y apporte aujourd'hui ma modeste contribution avec ce fond de gorge, qui ne rentre évidemment pas dans la catégorie des randonnées classiques et tranquilles (un travers récurrent chez moi...), mais qui constitue une petite virée originale dans un endroit de pleine nature, sur les traces de nos ancêtres.

Topo détaillé et tracés sur carte par simple clic sur le doc PDF GORGES ROIZE ci-dessous : 

Au gué de la Roize, gravures d'une artiste locale : Catherine Mamet.

Au gué de la Roize, gravures d'une artiste locale : Catherine Mamet.

Les gorges de la Roize
Le "Fontainebleau voreppin", au début des gorges, comporte une dizaine de blocs. De petites flèches bleues, rouges et noires indiquent la difficulté de chaque passage, un travail qui date déjà d'une trentaine d'années.

Le "Fontainebleau voreppin", au début des gorges, comporte une dizaine de blocs. De petites flèches bleues, rouges et noires indiquent la difficulté de chaque passage, un travail qui date déjà d'une trentaine d'années.

Au niveau du premier bloc, on peut se rafraîchir dans ce petit Éden. Au fond, Rochebrune.

Au niveau du premier bloc, on peut se rafraîchir dans ce petit Éden. Au fond, Rochebrune.

En rouge, le fond des gorges. En jaune, retour par Gerboudière et la Rigonnière (ex centre aéré).  En rose, retour par Préfanton (Pommiers-la-Placette). En orange, l’échappatoire.

En rouge, le fond des gorges. En jaune, retour par Gerboudière et la Rigonnière (ex centre aéré). En rose, retour par Préfanton (Pommiers-la-Placette). En orange, l’échappatoire.

On peut s'écarter du chemin au niveau du bloc pour longer ces surprenantes falaises de poudingue. Le clair-obscur du lieu crée une ambiance mystérieuse.

On peut s'écarter du chemin au niveau du bloc pour longer ces surprenantes falaises de poudingue. Le clair-obscur du lieu crée une ambiance mystérieuse.

Le fond humide et abrité de la gorge est propice à l'éclosion de fleurs diverses, comme cet orchis de Fuchs.

Le fond humide et abrité de la gorge est propice à l'éclosion de fleurs diverses, comme cet orchis de Fuchs.

Manifestement, il y eut ici une activité importante, comme en témoigne cette nacelle encore accrochée à son câble. Était-ce pour transporter le bois, ou des pierres pour la construction (galets, ardoises ou tuf ?).

Manifestement, il y eut ici une activité importante, comme en témoigne cette nacelle encore accrochée à son câble. Était-ce pour transporter le bois, ou des pierres pour la construction (galets, ardoises ou tuf ?).

En traversant la Roize au niveau de la nacelle et de son câble, on peut admirer une jolie petite cascade de tuf.

En traversant la Roize au niveau de la nacelle et de son câble, on peut admirer une jolie petite cascade de tuf.

Peu avant de retrouver le chemin normal, toujours cette ambiance étrange, plus appréciable le soir.

Peu avant de retrouver le chemin normal, toujours cette ambiance étrange, plus appréciable le soir.

Le chemin s'interrompt dans un élargissement qui permet de mieux contempler ces étranges falaises de poudingue, au soleil le matin.

Le chemin s'interrompt dans un élargissement qui permet de mieux contempler ces étranges falaises de poudingue, au soleil le matin.

Il faut alors s'engager dans le lit du torrent, ce qui ne pose guère de problème.

Il faut alors s'engager dans le lit du torrent, ce qui ne pose guère de problème.

Juste au-dessus, les ressauts rocheux qui soutiennent le plateau de l'Embournay.

Juste au-dessus, les ressauts rocheux qui soutiennent le plateau de l'Embournay.

L'immense Saut de la Roize des Rochers de Lorzier, là où notre torrent prend sa source, apparaît parfois entre les arbres.

L'immense Saut de la Roize des Rochers de Lorzier, là où notre torrent prend sa source, apparaît parfois entre les arbres.

Les falaises de poudingue de la partie supérieure et de la rive droite sont au soleil l'après-midi.

Les falaises de poudingue de la partie supérieure et de la rive droite sont au soleil l'après-midi.

Brillances...

Brillances...

Même sans soleil, ces falaises gardent une atmosphère particulière.

Même sans soleil, ces falaises gardent une atmosphère particulière.

La deuxième cascade de tuf, peu avant l'échappatoire.

La deuxième cascade de tuf, peu avant l'échappatoire.

Si l'on continue, la progression reste relativement aisée dans de petits rochers qui n'offrent que peu d'obstacles.

Si l'on continue, la progression reste relativement aisée dans de petits rochers qui n'offrent que peu d'obstacles.

Le dernier resserrement avant le passage du bloc-barrage.

Le dernier resserrement avant le passage du bloc-barrage.

Le bloc-barrage, seul vrai obstacle au bon déroulement des opérations. S'il n'y a pas trop d'eau, on peut toujours passer à gauche (mais en se mouillant de toute façon). Un équipement avec des troncs à encoches permet d'éviter de se tremper. Les moignons de très vieilles ferrailles rouillées, sans doute cassées par une crue violente, montrent que ce passage fut usité dans des temps anciens.

Le bloc-barrage, seul vrai obstacle au bon déroulement des opérations. S'il n'y a pas trop d'eau, on peut toujours passer à gauche (mais en se mouillant de toute façon). Un équipement avec des troncs à encoches permet d'éviter de se tremper. Les moignons de très vieilles ferrailles rouillées, sans doute cassées par une crue violente, montrent que ce passage fut usité dans des temps anciens.

Arrivée au Fond de Roize où l'on trouve le chemin balisé reliant Voreppe à Pommiers par le haut. La vue est parfaite sur la Grande Roche de Charminelle et la Savine, où pend le fameux genévrier thurifère géant  (sous la partie orangée).

Arrivée au Fond de Roize où l'on trouve le chemin balisé reliant Voreppe à Pommiers par le haut. La vue est parfaite sur la Grande Roche de Charminelle et la Savine, où pend le fameux genévrier thurifère géant (sous la partie orangée).

Retour par Gerboudière, le long de magnifiques prairies où paissent des chevaux sous l'œil de l'aiguille de Chalais.

Retour par Gerboudière, le long de magnifiques prairies où paissent des chevaux sous l'œil de l'aiguille de Chalais.

Heu-reux !

Heu-reux !

La grande prairie de la Rigonnière. De là, on peut voir la Grande Roche de Charminelle à gauche, les Rochers de Lorzier au centre, et l'aiguille de Chalais à droite.

La grande prairie de la Rigonnière. De là, on peut voir la Grande Roche de Charminelle à gauche, les Rochers de Lorzier au centre, et l'aiguille de Chalais à droite.

À noter qu'au Fond de Roize, on se trouve sur l'itinéraire que je décris pour aller aux Passières de Charminelle. On peut donc envisager de continuer jusque près des sources de la Roize et de Chalais par celles-ci. La descente s'enchaîne bien également, puisqu'on arrive sur la piste à Bouzonnière, non loin de Gerboudière. Le parcours sera évidemment beaucoup plus long, mais c'est un bon moyen de découvrir la partie supérieure des gorges de la Roize, très austères et impressionnantes, après avoir flâné dans la partie inférieure...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article