Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
pascal-sombardier.com

Topos et photos sur la montagne hors des sentiers battus, par l'auteur des Randonnées du vertige

Hautes gorges du Furon

L’Olette - Grand puits du Furon - baume et pestel de Chasau - arches inférieure et supérieure des Danois

Hautes gorges du Furon

Les gorges du Furon (ou gorges d'Engins comme disent les Grenoblois) recèlent quelques trésors dont peu sont connus. À vrai dire, seules les gorges du Bruyant attirent les foules à la recherche de fraîcheur l'été. Mais les curiosités que je présente ici restent assez confidentielles. J'avais évoqué la grotte de l'Olette dans Vercors secret, mais le Grand puits et l'arche supérieure des Danois avaient échappé à nos investigations d'arch'hunters. Sans doute ces deux-là étaient trop en vue et trop proches, alors que nous avons la détestable habitude de penser qu'il faut marcher des heures dans des endroits impossibles pour tomber sur des merveilles... On trouve toujours dans les reliefs de ces gorges du Vercors plein de recoins secrets, des ambiances et des lumières qui valent quelques efforts, et c'est dans cet esprit que je propose également une digression vers la magique baume de Chasau. 

Tous ces points d'intérêt peuvent se visiter séparément ou se combiner jusqu'à la combe de Chenevoye. Il n'est question ici que des gorges en amont d'Engins. Voir les détails et le topo en cliquant sur le doc PDF.GORGES DU FURON-CHASAU ci-dessous : 

Les différentes parties décrites sont en rouge avec toutes les options de parking. En jaune, la vire de Chenevoye, une façon de terminer la boucle en beauté. En pointillés violets, le retour possible par les gorges du Bruyant et le sentier des Danois, ou par l'arche supérieure des Danois elle-même.

Les différentes parties décrites sont en rouge avec toutes les options de parking. En jaune, la vire de Chenevoye, une façon de terminer la boucle en beauté. En pointillés violets, le retour possible par les gorges du Bruyant et le sentier des Danois, ou par l'arche supérieure des Danois elle-même.

La grotte de l'Olette est composée de plusieurs ressauts. Le puits qui s'ouvre tout en haut est orné d'une petite arche au travers de laquelle on peut descendre en un grand rappel.

La grotte de l'Olette est composée de plusieurs ressauts. Le puits qui s'ouvre tout en haut est orné d'une petite arche au travers de laquelle on peut descendre en un grand rappel.

Une fine cascade coule généralement dans ce puits.

Une fine cascade coule généralement dans ce puits.

Cette fine cascade gèle lors d'un froid durable. Malgré son peu d'ampleur, elle attire quelques grimpeurs.

Cette fine cascade gèle lors d'un froid durable. Malgré son peu d'ampleur, elle attire quelques grimpeurs.

La galerie inférieure de l'Olette est tapissée de multiples amarrages car elle sert d'entraînement aux professionnels du secours et des travaux acro, ainsi qu'aux spéléos et canyonistes, surtout depuis que Sébastien Langlais en a fait mention sur "Descente-Canyon" au début des années 2000.

La galerie inférieure de l'Olette est tapissée de multiples amarrages car elle sert d'entraînement aux professionnels du secours et des travaux acro, ainsi qu'aux spéléos et canyonistes, surtout depuis que Sébastien Langlais en a fait mention sur "Descente-Canyon" au début des années 2000.

En février 2015, j'ai eu la chance de pouvoir admirer cette colonne de glace dans la galerie inférieure. Cela se reproduira-t-il un jour ?

En février 2015, j'ai eu la chance de pouvoir admirer cette colonne de glace dans la galerie inférieure. Cela se reproduira-t-il un jour ?

Le Grand puits du Furon

J'ai dû passer des milliers de fois devant cette cavité sans avoir la curiosité de m'arrêter. Elle est pourtant au bord de la route entre Engins et Lans-en-Vercors.

J'ai dû passer des milliers de fois devant cette cavité sans avoir la curiosité de m'arrêter. Elle est pourtant au bord de la route entre Engins et Lans-en-Vercors.

Et récemment, j'ai enfin pris le temps d'aller la voir de plus près. Ça valait le coup, puisque je me suis aperçu qu'il s'agissait d'un grand puits très esthétique.

Et récemment, j'ai enfin pris le temps d'aller la voir de plus près. Ça valait le coup, puisque je me suis aperçu qu'il s'agissait d'un grand puits très esthétique.

L'approche est courte et se termine par ce petit rappel qui me dépose à l'entrée supérieure du puits (photo Laurent Jacquet). Nous nous doutions bien que nous n'étions pas les premiers à le descendre, mais il n'y avait là qu'un vieux spit que j'ai doublé.

L'approche est courte et se termine par ce petit rappel qui me dépose à l'entrée supérieure du puits (photo Laurent Jacquet). Nous nous doutions bien que nous n'étions pas les premiers à le descendre, mais il n'y avait là qu'un vieux spit que j'ai doublé.

Le puits s'évase rapidement pour atteindre une dizaine de mètres de diamètre (photo Laurent Jacquet).

Le puits s'évase rapidement pour atteindre une dizaine de mètres de diamètre (photo Laurent Jacquet).

Suspendu à mon fil, je vois Laurent en train de me photographier.

Suspendu à mon fil, je vois Laurent en train de me photographier.

Le rappel de plus de 40 mètres est entièrement en fil d'araignée (photo Laurent Jacquet).

Le rappel de plus de 40 mètres est entièrement en fil d'araignée (photo Laurent Jacquet).

Une grosse cavité est creusée dans les flancs du puits et ajoute à ses dimensions et son esthétique.

Une grosse cavité est creusée dans les flancs du puits et ajoute à ses dimensions et son esthétique.

Laurent arrive, tout aussi étonné que moi par les dimensions de la chose.

Laurent arrive, tout aussi étonné que moi par les dimensions de la chose.

Hautes gorges du Furon
La descente est on ne peut plus rapide, puisqu'on est à 50 mètres de la route.

La descente est on ne peut plus rapide, puisqu'on est à 50 mètres de la route.

Quasiment au bord de la route et 500 mètres en aval du grand puits, la source de la Lutinière sort de la grotte Henry, qui fut explorée dans les années 1970 et 80. Cette résurgence passe sous une arche soutenue par un étrange pilier rond (la Lutinière, joli nom pour une arche).

Quasiment au bord de la route et 500 mètres en aval du grand puits, la source de la Lutinière sort de la grotte Henry, qui fut explorée dans les années 1970 et 80. Cette résurgence passe sous une arche soutenue par un étrange pilier rond (la Lutinière, joli nom pour une arche).

La baume et le pestel de Chasau

La petite résurgence qui marque le début de la traversée vers la baume de Chasau.

La petite résurgence qui marque le début de la traversée vers la baume de Chasau.

La progression le long des barres rocheuses est pleine d'ambiance et de surprises. À trois reprises, on passe dans une faille derrière de grandes écailles rocheuses.

La progression le long des barres rocheuses est pleine d'ambiance et de surprises. À trois reprises, on passe dans une faille derrière de grandes écailles rocheuses.

Des reliefs particulièrement tourmentés compliquent sérieusement l'accès au plateau des Aigaux situé au-dessus. C'est pourquoi nous resterons au pied jusqu'à la baume.

Des reliefs particulièrement tourmentés compliquent sérieusement l'accès au plateau des Aigaux situé au-dessus. C'est pourquoi nous resterons au pied jusqu'à la baume.

Une des failles, peu avant la baume de Chasau.

Une des failles, peu avant la baume de Chasau.

La baume de Chasau s'ouvre au pied d'une falaise haute de 150 mètres et son avancée atteint sans doute une trentaine de mètres, ce qui n'est pas négligeable.

La baume de Chasau s'ouvre au pied d'une falaise haute de 150 mètres et son avancée atteint sans doute une trentaine de mètres, ce qui n'est pas négligeable.

Sous la baume, qui fut probablement habitée vu l'abri qu'elle offre, cette concrétion ressemble à une sorte de bassin rempli par des écoulements. Est-elle naturelle, ou a-t-elle été "arrangée" et creusée ?

Sous la baume, qui fut probablement habitée vu l'abri qu'elle offre, cette concrétion ressemble à une sorte de bassin rempli par des écoulements. Est-elle naturelle, ou a-t-elle été "arrangée" et creusée ?

Sous la baume de Chasau, après laquelle la progression peut continuer (photo Laurent Jacquet).

Sous la baume de Chasau, après laquelle la progression peut continuer (photo Laurent Jacquet).

Ces grottes sont indiquées sur IGN. Elles sont encore sous l'abri naturel de la baume, mais ne portent pas de noms.

Ces grottes sont indiquées sur IGN. Elles sont encore sous l'abri naturel de la baume, mais ne portent pas de noms.

Peu après la baume, ce pestel vaut un coup d'œil pour l'élégante nonchalance avec laquelle il s'est posé sur la falaise.

Peu après la baume, ce pestel vaut un coup d'œil pour l'élégante nonchalance avec laquelle il s'est posé sur la falaise.

Peu avant d'aborder la combe de Chenevoye, la Quille.

Peu avant d'aborder la combe de Chenevoye, la Quille.

Et pour finir, la vire de Chenevoye, bien visible avec ses monolithes. Elle peut faire l'objet d'une continuation de ce périple dans le haut Furon.

Et pour finir, la vire de Chenevoye, bien visible avec ses monolithes. Elle peut faire l'objet d'une continuation de ce périple dans le haut Furon.

L'endroit est cafi de chamois. Les jeunes n'ont apparemment jamais vu d'humains (photo Laurent Jacquet).

L'endroit est cafi de chamois. Les jeunes n'ont apparemment jamais vu d'humains (photo Laurent Jacquet).

Un petit extra au passage : "Accessible arch"

Une centaine de mètres après la petite résurgence en suivant la trace montante, on arrive sous un large couloir rempli de pierrailles. On aperçoit en haut de ce couloir une arche en forme de V renversé. Comme elle s’ouvre en haut d’un ressaut rocheux surplombant, nous avions d’abord pensé qu’elle était inaccessible et l’avions appelée « l’arche Inaccessible ». Et puis, nous y sommes retournés dans l’espoir d’y pénétrer et y sommes parvenus assez facilement par un détour invisible du bas. Du coup, celle-ci n’étant plus inaccessible, nous l’avons appelée « Accessible arch » (on s’amuse comme on peut). À noter que des témoins d’écartement y ont été posés par des cordistes pour prévenir l’éventuel basculement de l’énorme bloc qui forme l’arche. Le topo de cette jolie petite curiosité se trouve dans le doc PDF dont je remets le lien ci-dessous.

"Accessible arch" telle qu'on la voit depuis le pied du couloir. Il faudra traverser à gauche pour y accéder.

"Accessible arch" telle qu'on la voit depuis le pied du couloir. Il faudra traverser à gauche pour y accéder.

La faille permettant d'accéder à l'arche par le haut. Tours de taille et de poitrine "slims" obligatoires (photo Laurent Jacquet).

La faille permettant d'accéder à l'arche par le haut. Tours de taille et de poitrine "slims" obligatoires (photo Laurent Jacquet).

L'ouverture par laquelle on rentre dans la structure, qui est surprenante...

L'ouverture par laquelle on rentre dans la structure, qui est surprenante...

Découverte d'un grand et beau puits vers le haut.

Découverte d'un grand et beau puits vers le haut.

Et l'ouverture aval (celle qu'on voit du bas).

Et l'ouverture aval (celle qu'on voit du bas).

Deux témoins d'écartement ont été posés là par des cordistes. Le principe est simple : tant que les angles restent droits, c'est que le bloc ne bouge pas.

Deux témoins d'écartement ont été posés là par des cordistes. Le principe est simple : tant que les angles restent droits, c'est que le bloc ne bouge pas.

Retour par les gorges du Bruyant, le Bec de l'Aigle et éventuellement le sentier et les arches supérieure et inférieure des Danois

Option pour compléter la journée : le retour à l'Olette par les gorges du Bruyant.

Option pour compléter la journée : le retour à l'Olette par les gorges du Bruyant.

Ces photos sont prises en hiver, en général très flatteur pour l'ensemble du Furon, mais aussi plus calme, le Bruyant (qui du coup, porte bien son nom(-; ) étant littéralement pris d'assaut dès qu'il fait chaud à Grenoble.

Ces photos sont prises en hiver, en général très flatteur pour l'ensemble du Furon, mais aussi plus calme, le Bruyant (qui du coup, porte bien son nom(-; ) étant littéralement pris d'assaut dès qu'il fait chaud à Grenoble.

L'une des nombreuses passerelles des gorges du Bruyant.

L'une des nombreuses passerelles des gorges du Bruyant.

La cascade du moulin qui marque la fin des gorges du Bruyant.

La cascade du moulin qui marque la fin des gorges du Bruyant.

La baume de Chasau vue du Bec de l'Aigle.

La baume de Chasau vue du Bec de l'Aigle.

Cette arche magnifique révélée par Laurent Jacquet en mars 2021 est large de 11 mètres. Elle est peut-être connue localement, car le sentier qui y mène en 5 minutes est assez bien tracé. Nous l'avons appelée "arche supérieure des Danois", en attendant que quelqu'un nous révèle son vrai nom si elle en a un.

Cette arche magnifique révélée par Laurent Jacquet en mars 2021 est large de 11 mètres. Elle est peut-être connue localement, car le sentier qui y mène en 5 minutes est assez bien tracé. Nous l'avons appelée "arche supérieure des Danois", en attendant que quelqu'un nous révèle son vrai nom si elle en a un.

Depuis l'endroit où le sentier des Danois arrive au bord de la route, on est en face du Grand puits du Furon et des deux autres situés à sa gauche.

Depuis l'endroit où le sentier des Danois arrive au bord de la route, on est en face du Grand puits du Furon et des deux autres situés à sa gauche.

L'arche inférieure des Danois sur le sentier éponyme une fois qu'il a rejoint le niveau du Furon. Plus grande qu'on ne pourrait le croire (photo Raf Rodon).

L'arche inférieure des Danois sur le sentier éponyme une fois qu'il a rejoint le niveau du Furon. Plus grande qu'on ne pourrait le croire (photo Raf Rodon).

___________________________________________

Il existe quelques autres petits secrets dans les gorges du Furon (photos ci-dessous). Pour les détails, me contacter.

Équipement artisanal... (photo Laurent Jacquet)

Équipement artisanal... (photo Laurent Jacquet)

Hautes gorges du Furon
(photo Laurent Jacquet)

(photo Laurent Jacquet)

À noter qu'on peut accéder au fameux Nid d'Aigle (26 ans déjà !) en rappel depuis un câble tendu 30 mètres au-dessus. Cela lui donne une autre dimension (photo Laurent Jacquet).

À noter qu'on peut accéder au fameux Nid d'Aigle (26 ans déjà !) en rappel depuis un câble tendu 30 mètres au-dessus. Cela lui donne une autre dimension (photo Laurent Jacquet).

Hautes gorges du Furon

À consulter pour réaliser une jolie boucle dans le même secteur : 

___________________________________________________

J'avais évoqué ce secteur dans mon ouvrage "Vercors secret", à propos de l'Olette et de la combe de Chenevoye. On y trouvera quelques détails supplémentaires sur ces deux curiosités.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

dévé38 03/05/2021 20:22

Bonsoir,

Tout d'abord, un grand merci pour la découverte faite aujourd'hui de "l'arche supérieure des Danois", qui est franchement étonnante par son envergure mais surtout par son anonymat malgré un bon sentier d'accès.

Je me permets une remarque : il est sans doute plus intéressant d'attaquer le sentier des Danois dans le sens de la montée contrairement à ce qui est indiqué sur le topo. Tout d'abord parce qu'il est bien merdique à la descente quand c'est humide. Mais surtout qu'arrivé à l'arche, des cairns invitent à grimper sur sa voûte : c'est un peu aérien mais rien de méchant... Et quelle variante originale pour ensuite regagner au-dessus plutôt rapidement les chemins balisés en direction du Bec de l'Aigle.

Denis

jacques fumat 20/02/2021 19:41

merci pour ce beau voyage a travers vos photos

François Lannes 16/04/2021 20:42

Le Furon

Bonsoir Pascal,

Cette après-midi, je suis allé faire un tour dans ce haut-Furon que tu décris ici.
Ce n’était pas gagné d’avance, parce que les flocons de neige ont été de la partie, eu rangs serrés dans cette gorge étroite.

Je suis d’abord allé voir l’arche supérieure des Danois.
Elle est superbe ! Et de grande dimension. On aimerait en trouver souvent des comme ça.
Par contre, je n’en menais pas large sur le sentier étroit (mais bien visible) de l’accès, car le fin tapis de neige au sol n’inspirait pas la sérénité : les raides pentes en-dessous poussent à la prudence, et ce n’était pas mon simple bâton de ski qui aurait permis d’enrailler une glissade.

Ensuite j’ai visité (par le bas) le grand puits du Furon. Il est balèze, et je ne pensais pas que le rappel faisait 42 m (je viens de le relire dans ton texte).
Je suppose que tu as aussi vu les 2 autres trous dans les cavités à gauche. Ils sont bien moins jolis que le grand puits, mais ils doivent pouvoir être descendus également.

Pour finir je suis allé au tunnel de l’Olette.
Là, c’est splendide. Et très amusant de trouver le bon cheminement pour remonter dans les étages. Aujourd’hui, le ruisseau coulait assez gros, et son déboucher à travers l’arche supérieure – bien ronde - était un très beau spectacle.
Les spéléos ont planté un nombre impressionnant de spits dans ce coin. Ils doivent pouvoir faire des manœuvres à 20 ou 30 à la fois !

Ce fut donc une après-midi très agréable, malgré le mauvais temps.
Merci de toutes ces informations.

François