Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
pascal-sombardier.com

Topos et photos sur la montagne hors des sentiers battus, par l'auteur des Randonnées du vertige

Le puits de la Roche Pertusa par le grand escalier de la Fuvelle

Au cours de nos investigations dans le Dévoluy, nous avons repéré un grand nombre de curiosités naturelles. La plupart sont répertoriées ici, mais la plus marquante fut sans doute le grand puits de la Pertusa, une cavité verticale au milieu de laquelle il me semblait deviner une arche trouée d'une lucarne carrée. Le nom de Roche Pertusa (percée), sommet dont cette falaise constitue le versant sud-est, m'encourageait à croire que le puits passait bien derrière l'arche. Mais la rencontre avec un chasseur de Pellafol dans la combe du Loup me fit douter. Il m'apprit que la Roche Pertusa était en fait le sommet 2052 du pré Chevalier, effectivement percé d'une arche en forme d'hippocampe où nous étions déjà allés. IGN aurait donc confondu les deux falaises. En fait, ce puits n'était répertorié nulle part et il semble qu'il n'avait même pas été vu, ce qui attisa d'autant plus notre curiosité.

En juillet 2010, avec Patrick Adam, j'étais descendu dans ce que nous appellerons plus tard le grand escalier de la Fuvelle, cette traînée blanchâtre qui se faufile derrière la Roche Pertusa jusqu'au col de l'Obiou où elle rejoint sa voie normale. C'est en répétant cette descente jusqu'à mi-hauteur que nous avons accédé à l'épaule herbeuse pour basculer dans le grand puits. Nous n'avons défini que plus tard les passages les mieux adaptés pour remonter cet escalier, et il est maintenant préférable d'accéder aux rappels de cette façon, d'autant plus qu'il s'agit d'une des plus belles courses du Dévoluy. Depuis, j'ai décrit l'escalier dans deux de mes ouvrages : Alpes, randonnées insolites et spectaculaires et Trièves Dévoluy, les plus belles randonnées et, bien qu'on dépasse largement le cadre de la rando, il est devenu assez classique. Quant à la descente en rappel, je n'en dirai pas plus ici, à moins qu'on ne me le demande en mp, car elle est assez engagée, impressionnante et mon équipement a pu mal vieillir (rocher délité par endroit, amarrages ayant pu être endommagés par des chutes de pierres, etc.). Elle reste réservée à des personnes ayant une solide expérience et maîtrisant parfaitement les manœuvres de corde.

Merci à Patrick Adam (PatdeGap), Guilain Debossens, Cath Icard et Raf Rodon pour leur participation à cette aventure. Notez que nous avons gardé par commodité l'appellation de Roche Pertusa d'IGN, bien qu'elle semble erronée.

L'approche dans la combe du Loup. À gauche, la Tête de Lapras, et à droite, les Agards.

L'approche dans la combe du Loup. À gauche, la Tête de Lapras, et à droite, les Agards.

Montée par des pentes herbeuses commodes sous les Agards. L'objectif est à droite (voir tracés sur photo suivante).

Montée par des pentes herbeuses commodes sous les Agards. L'objectif est à droite (voir tracés sur photo suivante).

Le puits de la Roche Pertusa par le grand escalier de la Fuvelle
Un chasseur rencontré m'avait dit avoir compté plus de 200 chamois autour de la combe du Loup.

Un chasseur rencontré m'avait dit avoir compté plus de 200 chamois autour de la combe du Loup.

Sur la vire qui permet de surmonter la barre de la Fuvelle. On voit bien le grand escalier en face (au centre de la photo), et, en haut au soleil, l'épaule herbeuse qui mène aux rappels.

Sur la vire qui permet de surmonter la barre de la Fuvelle. On voit bien le grand escalier en face (au centre de la photo), et, en haut au soleil, l'épaule herbeuse qui mène aux rappels.

Après la vire, on débouche dans la combe de la Fuvelle au pied du grand escalier.

Après la vire, on débouche dans la combe de la Fuvelle au pied du grand escalier.

Il n'y a que le Dévoluy pour imaginer remonter un tel couloir.

Il n'y a que le Dévoluy pour imaginer remonter un tel couloir.

C'est justement ce que nous avons appelé un escalier dévoluard.

C'est justement ce que nous avons appelé un escalier dévoluard.

Le rocher est blanchi par les écoulements des orages, souvent violents dans le coin.

Le rocher est blanchi par les écoulements des orages, souvent violents dans le coin.

L'escalier de la Fuvelle se remonte classiquement jusqu'au col de l'Obiou.

L'escalier de la Fuvelle se remonte classiquement jusqu'au col de l'Obiou.

L'escalier vu du haut (sous le col de l'Obiou). Si l'on veut aller au grand puits de la Pertusa, il faut s'arrêter à mi-hauteur sur l'épaule herbeuse que l'on voit en bas au centre.

L'escalier vu du haut (sous le col de l'Obiou). Si l'on veut aller au grand puits de la Pertusa, il faut s'arrêter à mi-hauteur sur l'épaule herbeuse que l'on voit en bas au centre.

Cette épaule est dominée par une pointe caractéristique.

Cette épaule est dominée par une pointe caractéristique.

Au fond, de l'autre côté de la combe du Loup, la Tête de Lapras.

Au fond, de l'autre côté de la combe du Loup, la Tête de Lapras.

Pour descendre le grand puits, on bascule de l'autre côté, dans la face sud-ouest.

Pour descendre le grand puits, on bascule de l'autre côté, dans la face sud-ouest.

Le premier rappel : 50 mètres dans l'herbe jusqu'à un promontoire au-dessus du grand puits.

Le premier rappel : 50 mètres dans l'herbe jusqu'à un promontoire au-dessus du grand puits.

Sur l'arche à mi-hauteur du grand puits, une plate-forme bienvenue permet d'envisager sereinement le rappel à l'intérieur.

Sur l'arche à mi-hauteur du grand puits, une plate-forme bienvenue permet d'envisager sereinement le rappel à l'intérieur.

Départ du rappel dans le puits. Une pause dans la lucarne carrée est à ne pas manquer après quelques mètres (photo P. Adam).

Départ du rappel dans le puits. Une pause dans la lucarne carrée est à ne pas manquer après quelques mètres (photo P. Adam).

À ma gauche, on voit bien la lucarne (photo P. Adam).

À ma gauche, on voit bien la lucarne (photo P. Adam).

Le rappel de 45 mètres vu du bas du puits.

Le rappel de 45 mètres vu du bas du puits.

Cathy, toujours à l'aise.

Cathy, toujours à l'aise.

45 mètres en plein vide dans le puits, en passant à la lucarne. Un grand moment !

45 mètres en plein vide dans le puits, en passant à la lucarne. Un grand moment !

Vu d'en bas, ça donnerait ceci (mais là, c'est un montage, parce que personne n'était venu pour nous photographier).

Vu d'en bas, ça donnerait ceci (mais là, c'est un montage, parce que personne n'était venu pour nous photographier).

Cathy et Raf, installés au bas du puits à l'heure du pique-nique. L'endroit est on ne peut plus tranquille...

Cathy et Raf, installés au bas du puits à l'heure du pique-nique. L'endroit est on ne peut plus tranquille...

Guilain se réconforte après une brûlure due à une glissade un peu trop rapide sur la corde

Guilain se réconforte après une brûlure due à une glissade un peu trop rapide sur la corde

Le deuxième rappel après celui du grand puits, bien visible ici (photo P. Adam).

Le deuxième rappel après celui du grand puits, bien visible ici (photo P. Adam).

Pat de Gap sur l'escalier dévoluard final. Les trois autres sont encore sur le dernier rappel (à gauche au centre). Il ne reste plus qu'à dévaler la combe du Loup.

Pat de Gap sur l'escalier dévoluard final. Les trois autres sont encore sur le dernier rappel (à gauche au centre). Il ne reste plus qu'à dévaler la combe du Loup.

À voir sur ce blog dans le même secteur :

Et le blog de Guilain Debossens, qui faisait partie de l'équipe :

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
La première fois nous avons cherché le départ des rappels trop haut , car nous avions loupé l'épaule en remontant les escaliers de la Fuvelle . La deuxième nous arrivions par le haut , après la cheminée du Petit Obiou , et arrivés sur l'épaule après deux rappels dans les escaliers nous n'avons pas réussi à trouver les relais pour R1 ET R2 . Nous avions bien un perfo dans le sac, mais , dans le doute, avons préféré remonter . Si quelqu'un cherche un partenaire pour ce genre de Sombarderie ........
Répondre
L
Cette ligne de rappel reste, pour moi, un must, qui ne se livre pas facilement : je l'ai approcher par deux fois avec Michel Rousseau, et elle nous a repousser les deux fois . La première nous avont chercher le départ des ra
Répondre