Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
pascal-sombardier.com

Topos et photos sur la montagne hors des sentiers battus, par l'auteur des Randonnées du vertige

L'Abéou et le Leyvay

Pas d'itinéraires balisés ni même de sentiers dans ce vallon sauvage et loin de tout. L'élan des deux sommets de Garnesier a déjà de quoi surprendre, et si l'on est attiré par leurs formes acérées et leurs arêtes déchiquetées, on peut monter au col de Corps par des bandes herbeuses plus commodes qu'on ne pourrait le croire. On progresse alors le long d'étranges fresques naturelles où l'on croit discerner des silhouettes humaines dignes d'une œuvre de Munch. Mais on peut se contenter de flâner dans le bucolique alpage de Chazal dominé par une dalle à ammonites qui constitue un magnifique belvédère. On peut rendre cette balade plus sportive en approchant par le singulier ruisseau des Plates, ou même carrément technique en revenant par le canyon de Leyvay, torrent à faible débit en été, mais dont les stigmates attestent la violence en cas d'orage. Quelques lits de pierrailles sont vite oubliés au regard de la beauté des quelques sections encaissées, le point d'orgue étant une grande cascade bien cachée dans un repli du rocher.

Topo détaillé par simple clic sur le doc PDF ABÉOU-LEYVAY ci-dessous :

Le vallon de l'Abéou vu de Voran. À gauche, la Tête et le Roc de Garnesier. Au centre, le petit sommet où se trouvent les ammonites.

Le vallon de l'Abéou vu de Voran. À gauche, la Tête et le Roc de Garnesier. Au centre, le petit sommet où se trouvent les ammonites.

En rouge, la boucle pour aller à la dalle aux ammonites et au chalet de Chazal par le torrent des Plates.  En jaune, l’aller-retour au col de Corps.  En violet, la variante de retour par le canyon de Leyvay.

En rouge, la boucle pour aller à la dalle aux ammonites et au chalet de Chazal par le torrent des Plates. En jaune, l’aller-retour au col de Corps. En violet, la variante de retour par le canyon de Leyvay.

La variante du torrent des Plates permet d'admirer une rigole parfaite creusée dans une dalle sous un énorme bloc.

La variante du torrent des Plates permet d'admirer une rigole parfaite creusée dans une dalle sous un énorme bloc.

La nature est une artiste.

La nature est une artiste.

Dans le torrent des Plates, sans doute nommé ainsi en raison des dalles qui en tapissent le fond.

Dans le torrent des Plates, sans doute nommé ainsi en raison des dalles qui en tapissent le fond.

À la sortie des Plates, les grandes prairies sous le chalet de Chazal.

À la sortie des Plates, les grandes prairies sous le chalet de Chazal.

La dalle aux ammonites se trouvent sur le sommet de gauche.

La dalle aux ammonites se trouvent sur le sommet de gauche.

Le chalet pastoral de Chazal, occupé durant l'été par les bergers.

Le chalet pastoral de Chazal, occupé durant l'été par les bergers.

La dalle aux ammonites devant le Roc de Garnesier (à gauche), le Haut Bouffet et la Tête de Vachères (à droite).

La dalle aux ammonites devant le Roc de Garnesier (à gauche), le Haut Bouffet et la Tête de Vachères (à droite).

De la dalle aux ammonites, le col de Corps apparaît parfaitement entre la Tête et le Roc de Garnesier.

De la dalle aux ammonites, le col de Corps apparaît parfaitement entre la Tête et le Roc de Garnesier.

Quelques ammonites visibles sur la dalle.

Quelques ammonites visibles sur la dalle.

À déguster avec les yeux.

À déguster avec les yeux.

En option : prolongation vers le col de Corps :

Étranges traces fossiles sur ce bloc gréseux qui témoigne d'une géologie complexe.

Étranges traces fossiles sur ce bloc gréseux qui témoigne d'une géologie complexe.

Montée au col de Corps plus facile qu'on ne pourrait le croire grâce à cette grande diagonale herbeuse.

Montée au col de Corps plus facile qu'on ne pourrait le croire grâce à cette grande diagonale herbeuse.

La géologie tourmentée du vallon de l'Abéou a tracé de curieuses arabesques sous le col de Corps au lieu-dit Leyvay (photo P. Adam). Le nom savant serait "slumps" (glissements synsédimentaires).

La géologie tourmentée du vallon de l'Abéou a tracé de curieuses arabesques sous le col de Corps au lieu-dit Leyvay (photo P. Adam). Le nom savant serait "slumps" (glissements synsédimentaires).

Au col de Corps (2105 m), devant le Roc de Garnesier (2383 m).

Au col de Corps (2105 m), devant le Roc de Garnesier (2383 m).

Retour du col de Corps vers le canyon de Leyvay.

Retour du col de Corps vers le canyon de Leyvay.

Option technique : retour par le petit canyon de Leyvay (corde de 2 x 40 mètres obligatoire) :

Début des hostilités dans le canyon de Leyvay.

Début des hostilités dans le canyon de Leyvay.

Le but du jeu est de ne pas se mouiller les pieds.

Le but du jeu est de ne pas se mouiller les pieds.

La plupart des ressauts se descendent facilement et sans corde, sauf trois.

La plupart des ressauts se descendent facilement et sans corde, sauf trois.

Afin de ne pas se mouiller, j'avais planté ici un vieux piton sur le côté pour faire un petit rappel.

Afin de ne pas se mouiller, j'avais planté ici un vieux piton sur le côté pour faire un petit rappel.

Non, il ne se mouillera pas !!

Non, il ne se mouillera pas !!

Très loin du monde ordinaire...

Très loin du monde ordinaire...

Lou a la dalle.

Lou a la dalle.

La cascade dite "de la Tenaille chinoise", parce que l'amarrage se faisait au début sur cet outil coincé dans une fissure.

La cascade dite "de la Tenaille chinoise", parce que l'amarrage se faisait au début sur cet outil coincé dans une fissure.

La même cascade vue de dessous.

La même cascade vue de dessous.

On avait aussi le choix d'amarrer le rappel sur cet arbre, mais on a hésité...

On avait aussi le choix d'amarrer le rappel sur cet arbre, mais on a hésité...

Jean-Marc au départ de la grande cascade finale. Ça devient difficile de ne pas se mouiller les pieds...

Jean-Marc au départ de la grande cascade finale. Ça devient difficile de ne pas se mouiller les pieds...

À éviter par fort débit, car on risque de se faire tremper, voire assommer par la force de l'eau.

À éviter par fort débit, car on risque de se faire tremper, voire assommer par la force de l'eau.

37 mètres à négocier en restant à l'écart de l'eau, ce qui est possible, surtout si on ne met pas d'autobloquant (à éviter sur corde mouillé !).

37 mètres à négocier en restant à l'écart de l'eau, ce qui est possible, surtout si on ne met pas d'autobloquant (à éviter sur corde mouillé !).

On peut aussi l'admirer plus simplement d'en bas en remontant le lit de l'Abéou depuis Voran.

On peut aussi l'admirer plus simplement d'en bas en remontant le lit de l'Abéou depuis Voran.

Rien n'était paru sur ce secteur avant que nous y venions plusieurs fois au début des années 2010, découvrant avec plaisir les curiosités du torrent des Plates, la dalle aux ammonites, les arabesques du Leyvay et surtout le petit canyon homonyme où il n'y avait aucune trace de passage. La première fois, ne nous attendant pas à ces quelques rappels, j'avais équipé sommairement avec une poignée de vieux pitons et une moitié de tenaille "made in China" récupérée au passage (-: Ce canyon n'est toujours pas répertorié dans les bases de données spécialisées, car peu intéressant pour les pratiquants assidus. Il n'en est que plus attirant pour les amateurs de lieux paisibles à l'écart du monde. Merci à Patrick Adam, Raf Rodon et Éric Babbini ainsi qu'à Lou et Jean-Marc Jacquet pour leur participation.

J'avais décrit ces sombarderies dans mon ouvrage paru en 2014 et toujours disponible :

À voir sur ce blog dans le même secteur :

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article