Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
pascal-sombardier.com

Topos et photos sur la montagne hors des sentiers battus, par l'auteur des Randonnées du vertige

Le Balcon des Rousses

En juillet 2019, je parlais ici de l'apparition d'un beau lac glaciaire sous l'Étendard et la Barbarate (à voir sur ce lien). Le Balcon des Rousses constitue un moyen différent d'y parvenir par une traversée passant par quelques autres lacs du même genre. C'est un endroit particulier, qui rappelle l'arctique par ses nombreux névés et ses icebergs (les photos ci-dessous sont prises en août 2021). La roche déchiquetée et multicolore apporte une note lunaire à ce décor. Sans être géologue, on peut simplement apprécier la tranquillité des lieux, loin des centaines de randonneurs qui sillonnent les deux étages inférieurs, et on évolue dans un environnement sauvage et préservé. C'est également un bon moyen d'échapper aux chaleurs de l'été, puisqu'on monte à plus de 2900 mètres. 

Topo détaillé par simple clic sur le doc PDF ci-dessous : 

Au Dôme des Petites Rousses, la vue sur les lacs du Milieu et de la Fare devant l'Étendard est toujours aussi fascinante, mais les lieux sont sans doute aujourd'hui un peu trop fréquentés.

Au Dôme des Petites Rousses, la vue sur les lacs du Milieu et de la Fare devant l'Étendard est toujours aussi fascinante, mais les lieux sont sans doute aujourd'hui un peu trop fréquentés.

Le Balcon des Rousses
La benoîte rampante pousse à profusion dans les pierriers avant le lac du Pic-Blanc. Rien de plus étonnant que de voir ces parterres de fleurs, inattendus dans de tels océans de caillasses.

La benoîte rampante pousse à profusion dans les pierriers avant le lac du Pic-Blanc. Rien de plus étonnant que de voir ces parterres de fleurs, inattendus dans de tels océans de caillasses.

La linaire des Alpes, elle aussi très présente dans les pierriers.

La linaire des Alpes, elle aussi très présente dans les pierriers.

Au bout de la piste, découverte du lac du Pic-Blanc, sous le pic Blanc (3323 m).

Au bout de la piste, découverte du lac du Pic-Blanc, sous le pic Blanc (3323 m).

En juillet 2020, nous avions tenté la traversée, mais il y avait bien plus de neige que l'année précédente. Ici, le lac du Pic-Blanc est à peine visible. La neige enfonçait et nous avions dû renoncer.

En juillet 2020, nous avions tenté la traversée, mais il y avait bien plus de neige que l'année précédente. Ici, le lac du Pic-Blanc est à peine visible. La neige enfonçait et nous avions dû renoncer.

Silènes acaules. Classique, mais toujours spectaculaire !

Silènes acaules. Classique, mais toujours spectaculaire !

Le lac du Pic-Blanc est plus glaciaire et presque aussi grand que celui de la Barbarate.

Le lac du Pic-Blanc est plus glaciaire et presque aussi grand que celui de la Barbarate.

Attention aux névés au-dessus de l'eau. Il faut y aller sur la pointe des pieds...

Attention aux névés au-dessus de l'eau. Il faut y aller sur la pointe des pieds...

Dans ce décor à la fois lunaire et arctique, il faut composer avec les caprices de la géologie. On a du mal à imaginer ce qui a pu se passer ici tellement les reliefs et les couleurs sont multiples et variées.

Dans ce décor à la fois lunaire et arctique, il faut composer avec les caprices de la géologie. On a du mal à imaginer ce qui a pu se passer ici tellement les reliefs et les couleurs sont multiples et variées.

Au col 2940 m, on découvre le glacier des Rousses (en haut à droite) et le grand névé qu'il faut traverser jusqu'au lac sud de la Barbarate.

Au col 2940 m, on découvre le glacier des Rousses (en haut à droite) et le grand névé qu'il faut traverser jusqu'au lac sud de la Barbarate.

La traversée facile sur le grand névé qui constitue la partie inférieure du glacier des Rousses. On voit bien le lac sud de la Barbarate en bas à gauche.

La traversée facile sur le grand névé qui constitue la partie inférieure du glacier des Rousses. On voit bien le lac sud de la Barbarate en bas à gauche.

Les derniers mètres avant le lac, sous le glacier des Rousses.

Les derniers mètres avant le lac, sous le glacier des Rousses.

Arrivée au lac sud de la Barbarate, et le même émerveillement devant ce lac glaciaire qui résiste au réchauffement, et s'agrandit même chaque année.

Arrivée au lac sud de la Barbarate, et le même émerveillement devant ce lac glaciaire qui résiste au réchauffement, et s'agrandit même chaque année.

Le petit lac qui sert de repère au début de la descente vers le lac de la Fare.

Le petit lac qui sert de repère au début de la descente vers le lac de la Fare.

La descente sur le lac de la Fare est parsemée de doronics à grandes fleurs.

La descente sur le lac de la Fare est parsemée de doronics à grandes fleurs.

Voir aussi le lien ci-dessous où je décrivais la montée au lac sud de la Barbarate depuis le lac Besson, le refuge et le lac de la Fare :

Et pour un accès ou retour sans téléphérique :

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article