Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
pascal-sombardier.com

Topos et photos sur la montagne hors des sentiers battus, par l'auteur des Randonnées du vertige

Sardaigne : bords de mer

Comme annoncé dans le post précédent, voici quelques images et infos sur le littoral sarde. On peut difficilement parler de la grande île sans évoquer ses 2000 km de côtes, malheureusement assez touristiques en certains points, mais très sauvages pour la plus grande part. Le but de cette page n'est évidemment pas de promouvoir le tourisme classique, mais bien au contraire de donner des pistes à ceux qui ont pour habitude de partir à la découverte de merveilles cachées et d'ambiances insolites, la Sardaigne étant sur ce point particulièrement bien fournie. Il n'en reste pas moins que certains sites touristiques exceptionnels méritent de s'intégrer de temps en temps à la foule, qui reste d'ailleurs très limitée en début et fin de saison. Les Sardes n'ont de toute façon pas défiguré leur littoral comme les Espagnols et les bâtiments restent en osmose avec la nature.

Le troisième volet sur la Sardaigne posté durant le confinement de novembre 2020 est consultable ici : Sardaigne, histoire et patrimoine.

La Sardaigne est surtout connue pour ses plages qui comptent parmi les plus belles du monde. Certaines sont hyper-touristiques et bondées en été. D'autres sont difficiles d'accès et demandent plusieurs heures de marche à pied, à moins d'y aller en bateau. Hors-saison, on y trouve beaucoup de tranquillité. Par exemple, la cala di Luna ou la cala Sisine (photo), étapes sur le trek du Selvaggio Blu, sont quasiment désertes jusqu'à la fin mai.

La Sardaigne est surtout connue pour ses plages qui comptent parmi les plus belles du monde. Certaines sont hyper-touristiques et bondées en été. D'autres sont difficiles d'accès et demandent plusieurs heures de marche à pied, à moins d'y aller en bateau. Hors-saison, on y trouve beaucoup de tranquillité. Par exemple, la cala di Luna ou la cala Sisine (photo), étapes sur le trek du Selvaggio Blu, sont quasiment désertes jusqu'à la fin mai.

Que l'on soit ou non un randonneur pur et dur ayant fait le Selvaggio Blu ou projetant de le faire, il ne faut pas manquer le tour en bateau qui longe la côte au sud de Cala Gonone jusqu'à la cala Goloritze. On découvrira un tout autre aspect du Selvaggio et de multiples cavités, arches et reliefs incroyables.

Que l'on soit ou non un randonneur pur et dur ayant fait le Selvaggio Blu ou projetant de le faire, il ne faut pas manquer le tour en bateau qui longe la côte au sud de Cala Gonone jusqu'à la cala Goloritze. On découvrira un tout autre aspect du Selvaggio et de multiples cavités, arches et reliefs incroyables.

La grotte visitable du Bœuf Marin (Bué Marino).

La grotte visitable du Bœuf Marin (Bué Marino).

Les grottes de la cala di Luna, étrangement semblables.

Les grottes de la cala di Luna, étrangement semblables.

Une des grottes de la cala di Luna vue de l'intérieur.

Une des grottes de la cala di Luna vue de l'intérieur.

L'arche supérieure de Su Feilau, un site magique où nous nous rendrons quelques jours plus tard par les vires à gauche.

L'arche supérieure de Su Feilau, un site magique où nous nous rendrons quelques jours plus tard par les vires à gauche.

L'arche de la cala Biriola.

L'arche de la cala Biriola.

Accessible en 50 mn depuis la cala di Luna, l'arche de Lupiru, que nous considérons comme la plus belle de Sardaigne. Au fond, Cala Gonone.

Accessible en 50 mn depuis la cala di Luna, l'arche de Lupiru, que nous considérons comme la plus belle de Sardaigne. Au fond, Cala Gonone.

La crique de su Feilau et son arche supérieure. À droite, le parcours du Bacu Padente permet de pénétrer dans les deux trous que l'on aperçoit (un personnage en rouge est visible sur le rappel au-dessus). Ces trous communiquent avec les vires du bord de mer non loin de l'arche inférieure (photo suivante).

La crique de su Feilau et son arche supérieure. À droite, le parcours du Bacu Padente permet de pénétrer dans les deux trous que l'on aperçoit (un personnage en rouge est visible sur le rappel au-dessus). Ces trous communiquent avec les vires du bord de mer non loin de l'arche inférieure (photo suivante).

Guilain Debossens dans l'arche inférieure de Su Feilau, située sur le Selvaggio Blù.

Guilain Debossens dans l'arche inférieure de Su Feilau, située sur le Selvaggio Blù.

Vue sur le golfe d'Orosei depuis la crique de Su Feilau.

Vue sur le golfe d'Orosei depuis la crique de Su Feilau.

L'arche de Goloritze et la cala du même nom, illustrissime depuis que l'UNESCO l'a classée au Patrimoine de l'Humanité, ce qui n'est pas forcément une bonne idée, vu la fréquentation excessive depuis..

L'arche de Goloritze et la cala du même nom, illustrissime depuis que l'UNESCO l'a classée au Patrimoine de l'Humanité, ce qui n'est pas forcément une bonne idée, vu la fréquentation excessive depuis..

La cala Goloritze et le golfe d'Orosei.

La cala Goloritze et le golfe d'Orosei.

Pour profiter pleinement du site de Goloritze, il ne faut pas hésiter à crapahuter dans les hauteurs de la crique, notamment autour de la fameuse aiguille.

Pour profiter pleinement du site de Goloritze, il ne faut pas hésiter à crapahuter dans les hauteurs de la crique, notamment autour de la fameuse aiguille.

Au sud des Supramonte, le petit sommet du Scoine permet de dominer les villages côtiers de Santa-Maria Navarrese, Tortoli et Arbatax. Ce jour-là, il était difficile de lutter contre le vent marin...

Au sud des Supramonte, le petit sommet du Scoine permet de dominer les villages côtiers de Santa-Maria Navarrese, Tortoli et Arbatax. Ce jour-là, il était difficile de lutter contre le vent marin...

À Arbatax, ces curieuses flammes de pierre font la joie des nombreux passants. Certains pénètrent dans ce trou carré dont on se demande l'origine et l'utilité...

À Arbatax, ces curieuses flammes de pierre font la joie des nombreux passants. Certains pénètrent dans ce trou carré dont on se demande l'origine et l'utilité...

Toujours à Arbatax, en traversant sur quelques rochers bien cachés dans une crique, nous sommes tombés sur cette incroyable palette de couleurs naturelles sans doute due à divers minerais. La photo n'est pas retouchée.

Toujours à Arbatax, en traversant sur quelques rochers bien cachés dans une crique, nous sommes tombés sur cette incroyable palette de couleurs naturelles sans doute due à divers minerais. La photo n'est pas retouchée.

Changeons de côte. À l'ouest de l'île, on trouve aussi de nombreuses merveilles. As Piscinas est plus qu'une plage, mais un petit Sahara avec des dunes et tout un écosystème original.

Changeons de côte. À l'ouest de l'île, on trouve aussi de nombreuses merveilles. As Piscinas est plus qu'une plage, mais un petit Sahara avec des dunes et tout un écosystème original.

Plus au nord sur la côte ouest, s'Archittu a donné son nom au petit port où elle se trouve. L'ouverture de ce côté fait près de 30 mètres.

Plus au nord sur la côte ouest, s'Archittu a donné son nom au petit port où elle se trouve. L'ouverture de ce côté fait près de 30 mètres.

Situés non loin de la précédente, la double arche de Putzu Idu.

Situés non loin de la précédente, la double arche de Putzu Idu.

Revenons à l'est près de la ville d'Olbia. Cette île, nommée Tavolara, est chargée d'histoire et de mystères (voir le lien ci-dessous). Ce fut le plus petit royaume de la planète, mais elle étonne aussi par sa masse. Elle culmine en effet à plus de 600 m, un peu comme une Sainte-Victoire les pieds dans l'eau. Sur ses flancs se cachent quelques arches monumentales, dont celle d'Ulysse (photo suivante).

Revenons à l'est près de la ville d'Olbia. Cette île, nommée Tavolara, est chargée d'histoire et de mystères (voir le lien ci-dessous). Ce fut le plus petit royaume de la planète, mais elle étonne aussi par sa masse. Elle culmine en effet à plus de 600 m, un peu comme une Sainte-Victoire les pieds dans l'eau. Sur ses flancs se cachent quelques arches monumentales, dont celle d'Ulysse (photo suivante).

L'arche d'Ulysse (sans doute une référence à l'œil du Cyclope), dont on peut avoir une idée de la taille par rapport au phare à gauche. Cette partie de l'île étant en zone militaire, il est malheureusement interdit d'approcher à moins de 500 mètres.

L'arche d'Ulysse (sans doute une référence à l'œil du Cyclope), dont on peut avoir une idée de la taille par rapport au phare à gauche. Cette partie de l'île étant en zone militaire, il est malheureusement interdit d'approcher à moins de 500 mètres.

L'ours du Capo d'Orso à Palau sur la côte nord. C'est un des géomorphosites les plus étonnants de l'île, et il faut payer 3 € pour y monter.

L'ours du Capo d'Orso à Palau sur la côte nord. C'est un des géomorphosites les plus étonnants de l'île, et il faut payer 3 € pour y monter.

Au capo Testa, un festival psychédélique de granit (voir le lien ci-dessous).

Au capo Testa, un festival psychédélique de granit (voir le lien ci-dessous).

Plus à l'ouest, Costa Paradiso et ses maisons si bien intégrées au granit rose qu'elles en sont presque invisibles, fut un repaire de célébrités.

Plus à l'ouest, Costa Paradiso et ses maisons si bien intégrées au granit rose qu'elles en sont presque invisibles, fut un repaire de célébrités.

Tafoni à l'ouest de Costa Paradiso.

Tafoni à l'ouest de Costa Paradiso.

Au capo Caccia, près d'Alghero, un escalier de 800 marches permet de descendre dans les falaises du bord de mer jusqu'à la grotte de Neptune.

Au capo Caccia, près d'Alghero, un escalier de 800 marches permet de descendre dans les falaises du bord de mer jusqu'à la grotte de Neptune.

La grotte de Neptune au capo Caccia. Cette eau, c'est la mer qui pénètre dedans. Elle aussi aime les belles choses...

La grotte de Neptune au capo Caccia. Cette eau, c'est la mer qui pénètre dedans. Elle aussi aime les belles choses...

Des vires dans les falaises au nord du capo Caccia permettent d'approcher l'eau.

Des vires dans les falaises au nord du capo Caccia permettent d'approcher l'eau.

Les cinq photos qui suivent montre la via ferrata del Cabirol au capo Caccia.

Les cinq photos qui suivent montre la via ferrata del Cabirol au capo Caccia.

À gauche, l'îlot de la Foradada qui, comme son nom l'indique, est traversé par un tunnel naturel.

À gauche, l'îlot de la Foradada qui, comme son nom l'indique, est traversé par un tunnel naturel.

Cette ferrata est composée en fait de deux vires superposées. On traverse facilement la première et on monte sur celle du haut pour revenir.

Cette ferrata est composée en fait de deux vires superposées. On traverse facilement la première et on monte sur celle du haut pour revenir.

Il faut parfois redescendre.

Il faut parfois redescendre.

L'appel du large...

L'appel du large...

Dernier soir à Portoferro, un spot de surfeurs, mais aussi un paradis...

Dernier soir à Portoferro, un spot de surfeurs, mais aussi un paradis...

À voir aussi sur ce blog : 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article