Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
pascal-sombardier.com

Topos et photos sur la montagne hors des sentiers battus, par l'auteur des Randonnées du vertige

L'arête de la Tende

Cette belle arête bien dessinée dans un secteur peu connu du Vercors ne peut qu'attirer l'œil de l'amateur de recoins sauvages. Cela faisait des décennies que je la regardais sans trop savoir comment la prendre. Aussi, lorsque Laurent Jacquet m'en parla lors de nos explorations au Perrellier, je vis l'occasion de réaliser un vieux rêve. Laurent connaît bien le secteur pour y avoir travaillé avec un exploitant forestier qui y a coupé des tonnes de bois et construit une cabane qui témoigne d'un passé révolu, le site ne correspondant plus aux normes d'exploitation et de sécurité modernes. L'arête, elle, tient ses promesses, offrant une succession variée de passages tranquilles ou effilés, aériens ou reposants, parfois subtils et complexes. Le panorama sur le val de Rencurel et les gorges de la Bourne jusqu'aux Rochers de Presles est à couper le souffle. La descente depuis le bout de l'arête est rapide, mais on peut aussi poursuivre jusqu'au sommet nord du Rocher de Chalimont à 1583 m. Cette option est cependant réservée aux randonneurs-alpinistes, surtout que la descente par la brèche de Chalimont se fait de préférence à l'aide de quelques rappels. Le couloir s'est en effet bien dégradé, alors qu'il y a quelques années, on pouvait encore le descendre sans corde.

Topo détaillé par simple clic sur le doc PDF.ARÊTE DE LA TENDE ci-dessous :

L'arête de la Tende (prononcer "Tinde") vue des abords de Rencurel avec, à droite, le Rocher de Chalimont (1583 m - photo Laurent Jacquet).

L'arête de la Tende (prononcer "Tinde") vue des abords de Rencurel avec, à droite, le Rocher de Chalimont (1583 m - photo Laurent Jacquet).

L'arête de la Tende
En rouge, le circuit proposé par l’arête de la Tende avec retour par le vallon NE. En jaune, la prolongation possible jusqu’au Rocher de Chalimont avec retour par la brèche homonyme. À noter que la grotte des Merveilleuses est mal située sur IGN. Je l'ai remise à sa place, mais du coup, y aller après avoir descendu la brèche de Chalimont impose un détour (voir dernière photo).

En rouge, le circuit proposé par l’arête de la Tende avec retour par le vallon NE. En jaune, la prolongation possible jusqu’au Rocher de Chalimont avec retour par la brèche homonyme. À noter que la grotte des Merveilleuses est mal située sur IGN. Je l'ai remise à sa place, mais du coup, y aller après avoir descendu la brèche de Chalimont impose un détour (voir dernière photo).

La cabane abandonnée de la Tende ou "cabane à mon Louis". Son propriétaire (LO = Louis Odemard) y a laissé son empreinte.

La cabane abandonnée de la Tende ou "cabane à mon Louis". Son propriétaire (LO = Louis Odemard) y a laissé son empreinte.

Arrivée sur l'arête de la Tende, au-dessus d'un vide impressionnant. À l'arrière-plan, le Perrellier.

Arrivée sur l'arête de la Tende, au-dessus d'un vide impressionnant. À l'arrière-plan, le Perrellier.

Les premiers pas sur l'arête, très facile à ce niveau.

Les premiers pas sur l'arête, très facile à ce niveau.

Le jeu consiste à rester le plus près possible du rebord rocheux. Au fond, le val de Rencurel.

Le jeu consiste à rester le plus près possible du rebord rocheux. Au fond, le val de Rencurel.

À droite, Saint-Julien devant la Grande Cournouse (photo Laurent Jacquet).

À droite, Saint-Julien devant la Grande Cournouse (photo Laurent Jacquet).

Les choses vont bientôt se gâter... (photo Laurent Jacquet).

Les choses vont bientôt se gâter... (photo Laurent Jacquet).

Après quelques contournements, le premier passage délicat constitue la clé de la suite de l'arête. Il est court et impressionnant, mais finalement assez facile.

Après quelques contournements, le premier passage délicat constitue la clé de la suite de l'arête. Il est court et impressionnant, mais finalement assez facile.

Peu après ce passage clé, on traverse sous l'arche du Poisson d'avril. Déception : nous nous attendions à plus grand... (photo Laurent Jacquet).

Peu après ce passage clé, on traverse sous l'arche du Poisson d'avril. Déception : nous nous attendions à plus grand... (photo Laurent Jacquet).

Après une partie reposante, on reprend le fil de l'arête, qui fait appel à un bon sens de l'équilibre...

Après une partie reposante, on reprend le fil de l'arête, qui fait appel à un bon sens de l'équilibre...

Le deuxième passage délicat se trouve peu avant la fin de l'arête, qui devient effilée. Malgré tout, en empoignant le fil avec les pieds à droite, cela reste relativement aisé.

Le deuxième passage délicat se trouve peu avant la fin de l'arête, qui devient effilée. Malgré tout, en empoignant le fil avec les pieds à droite, cela reste relativement aisé.

Ce deuxième passage délicat est bien visible depuis le sommet de Chalimont. Comme on le voit, l'arête effilée domine la grande dalle lisse du versant est.

Ce deuxième passage délicat est bien visible depuis le sommet de Chalimont. Comme on le voit, l'arête effilée domine la grande dalle lisse du versant est.

Une fois au col 1400 m au bout de l'arête, la descente par le vallon NE est expéditive et plutôt agréable malgré la pente.

Une fois au col 1400 m au bout de l'arête, la descente par le vallon NE est expéditive et plutôt agréable malgré la pente.

Si l'on désire poursuivre jusqu'au sommet de Chalimont, il faudra emprunter des passages à chamois relativement ardus (photo Laurent Jacquet).

Si l'on désire poursuivre jusqu'au sommet de Chalimont, il faudra emprunter des passages à chamois relativement ardus (photo Laurent Jacquet).

Descente logique depuis le sommet de Chalimont : le couloir sous la brèche homonyme, avec des rappels sur arbres entrecoupés de vires commodes.

Descente logique depuis le sommet de Chalimont : le couloir sous la brèche homonyme, avec des rappels sur arbres entrecoupés de vires commodes.

Si l'on dispose de temps et de lampes puissantes, en descendant de la brèche de Chalimont, il est possible de rendre visite aux Merveilleuses inférieures avant de traverser vers la Tende ou de descendre à la Goule Noire. Attention, comme précisé sur la carte jointe à mon topo, cette grotte se trouve plus bas que la localisation IGN.

Si l'on dispose de temps et de lampes puissantes, en descendant de la brèche de Chalimont, il est possible de rendre visite aux Merveilleuses inférieures avant de traverser vers la Tende ou de descendre à la Goule Noire. Attention, comme précisé sur la carte jointe à mon topo, cette grotte se trouve plus bas que la localisation IGN.

Cet itinéraire fait partie des nombreuses pépites que j'évoque sur cette page de mon blog : 

Juste en face, ces deux petites courses sont un vrai bonheur : 

Partager cet article
Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article